Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : HIPPOCAMPEinfo2
  • HIPPOCAMPEinfo2
  • : TOUTE L'INFO Locale, Nationale et Internationale. Reportages -
  • Contact

DIVERS

 

soir-sur-les-quais.jpgScan-Lauf-jpg

 

 

Recherche

A la Une!

 Le premier média sur l'info locale
 Votre annonce ou votre publicité sur

"Ensemble, faisons circuler l'Info" "  

« Le savoir faire n’est rien sans le faire savoir »

contact téléphonique : 06 27 22 74 28

site  de Milepat Production : http://mileprod.over-blog.com
(pour nous contacter cliquer sur le bandeau)
entreprise individuelle SIRET n° 332 893 635 00059 code APE 7021Z

Les bonnes adresses au Croisic 

cliquer sur les liens 

 

Les saveurs de la mer, au cœur du centre historique  

 

Milepat Production Le Croisic "Votre communication sur mesure" :

 MAQUET~2 MAQUET~2 (cliquer sur le lien)

 

 

 

Communiqués

Carnaval : venez nous rejoindre

La ville invite tous ceux qui souhaitent à rejoindre les carnavaliers déjà inscrits pour le carnaval du Croisic le samedi 14 avril au soir pour le bal et le dimanche 15 avril pour le défilé sur les quais. Pas de thème imposé, costumes libres, chars acceptés avec enthousiasme. Contact à la mairie Laure Brechet 02 28 56 78 50 ou l.brechet@lecroisic.fr

 

 

 

Promotion de la Ville   

le croisic documentaire le croisic : documentaire copyright Milepat Production

 

(clic gauche pour visionner chaque vue, clic droit pour voir la vue précédente)

le croisic donnez de la hauteur 

Archives

Site à découvrir CAPTAIN MALO


Pour atteindre le site de CAPTAIN MALO cliquer  sur le bandeau
6 mai 2006 6 06 /05 /mai /2006 02:01
copyright Avril 2006

UNE DOUBLE RENAISSANCE pour L’HERMIONE
Erreur fatale de pilotage
L'Hermione, commandée par le Capitaine de vaisseau Martin, est en station dans l'estuaire de la Loire depuis trois mois lorsque le 20 septembre 1793, elle appareille à destination de Brest pour escorter 12 bâtiments dont 2 « barques » remplies de 65 canons de 18 et de 36 en provenance des fonderies d'Indret. Le capitaine de vaisseau Martin a fait appel au pilote Guillaume Guillemin du Conquet en provenance du brick Phoenix qui est venu prendre la relève de l'Hermione.
Les ordres du capitaine de vaisseau Martin étant de prendre contact avec l'amiral Morard à Quiberon, il ordonne au pilote d'emprunter la route la plus directe qui fait passer le convoi entre la Pointe du Croisic et le plateau du Four.
A 18 heures 30, par beau temps, vent modéré de Nord – Nord est, le pilote échoue la frégate sur le Four à mi-marée descendante. Peu après, la cale est crevée et le navire se rempli d'eau. A basse mer le navire bascule et se couche sur tribord. La frégate est définitivement évacuée le 21 à 10 heures du matin. Une partie du matériel d'armement et l'artillerie sera débarquée par la suite.
Le gisement du Four
Bien des années plus tard commence l’histoire moderne de l’Hermione avec sa découverte fortuite sur le plateau du Four du Croisic. Michel Vasquez passionné d’archéologie sous-marine, cherchant deux bateaux de guerre anglais coulés lors de la bataille des cardinaux, met la main sur des indices qui le mettent sur la piste de l’Hermione. Plusieurs opérations destinées à localiser et à déterminer l’origine et l’intérêt de quelques éléments dissimulés sous une forêt de laminaires, permettront de préciser qu’il s’agit bien de l’Hermione.
Après une campagne qui échoue en 2004 en raison d’une météo exécrable, c’est à l’été 2005 qu’avec son équipe, Michel Vasquez soutenu par des sponsors mais aussi par la ville du Croisic, ramène à la surface deux canons, une ancre, des boulets et autres mitrailles ainsi que des pièces qui seront après traitement dans un laboratoire spécialisé, exposées à Nantes.Le film remarquable tourné lors de cette campagne de fouilles et présenté lors d’une projection organisée par le service communication de la mairie a attiré près de deux cents personnes à la salle des fêtes du Croisic. Ce film a été chaudement applaudi par un public captivé par cette aventure. Michel Vasquez en homme passionné et passionnant à ensuite débattu avec le public sur plusieurs épisodes de ses recherches « qui  doivent reprendre en 2007, cette année étant pour ma part consacrée à affiner notre réflexion sur le site et à étudier de près les éléments relevés  la saison dernière» a-t-il précisé.
A Rochefort, l’Hermione renaît aussi
Quoiqu’il en soit, alors qu’à Rochefort, se construit à l’identique depuis 1997 la réplique de l’Hermione, les campagnes archéologiques menées sous la mer, au large du Croisic ont aussi révélé d’importantes informations concernant la construction de ce type de vaisseau dont on ne savait que peu de choses. Ces révélations devraient profiter à la réalisation d’un pari fabuleux, revoir naviguer l’Hermione vers les Etats Unis (Boston) sur les traces de son illustre aînée. L’association « Hermione La Fayette » qui conduit cette autre aventure humaine est également un acteur déterminant dans cette nouvelle naissance qui touche de près l’histoire du port croisicais dont les pêcheurs, à l’époque, avaient pris une part importante dans le sauvetage de l’équipage de l’Hermione et d’une partie du matériel et de l’équipement.
 
Une « frégate de 12 »
L'Hermione est le nom de la frégate qui ramena le Marquis de La Fayette vers les Etats Unis d’Amérique en 1780 lui permettant de rejoindre les insurgés américains en lutte pour leur indépendance. Elle faisait partie, avec la Courageuse, la Concorde et la Fée, d'une série de quatre frégates mises en chantier à Rochefort. Elle nécessita 11 mois de construction.Il s'agit d'une Frégate dite "légère" car rapide et maniable. Elle était armée de 26 canons tirant des boulets de 12 livres (d'où le terme de Frégate de 12). Elle pouvait embarquer 255 hommes. Elle arbore les mensurations d'un navire de 1166  tonnes, d'une longueur de tête en tête de 44,2m, d'une largeur au maître couple de 11,24m et de 5,78m de creux.

Le contenu de ces pages (textes, photos, liens, etc.) est protégé au titre de la propriété intellectuelle (marques, dessins, droits d'auteurs, etc.) au bénéfice de leurs créateurs et ayants droits, conformément aux lois applicables. Tous droits réservés.

 

 

Repost 0
Published by padraig - dans REPORTAGE
commenter cet article
3 mai 2006 3 03 /05 /mai /2006 08:17
NEWS…..international…NEWS
 
ISRAEL/PALESTINE :
 L'émissaire l'Envoyé spécial du Quatuor pour le Moyen-Orient, James D. Wolfensohn président sortant de la Banque Mondiale, a présenté lundi 1er mai 2006 son rapport final au cours d'une conférence de presse à Washington aux Etats-Unis, en présence de la secrétaire d'Etat Condoleezza Rice. Il a violemment critiqué la décision des puissances internationales de suspendre leurs aides au gouvernement palestinien dirigé par le Hamas. Il a déclaré : "Après avoir investi plus d'un milliard de dollars par an en aides aux Palestiniens, notamment dans la construction d'infrastructures et la relance d'une économie nécessaires à l'avènement d'un "Etat palestinien viable, allons-nous tout simplement abandonner ces objectifs ?". Il a ajouté : "Il m'étonnerait que quelqu'un sorte gagnant de la fin de la scolarisation des enfants ou d'une famine palestinienne. Et je ne crois pas que des membres du Quartet pensent que cela puisse constituer une politique viable". James D. Wolfensohn a officiellement démissionné le 30 avril 2006 en raison "blocage actuel" au sein du Quartet - qui regroupe les Etats-Unis, l'ONU, l'Union Européenne et la Russie - sur son rôle après l'arrivée du Hamas au pouvoir.
ISRAEL :
Le quotidien "Jerusalem Post" a révélé, dans son édition du dimanche 30 avril 2006 "le pire scandale sexuel de l'histoire de Tsahal" (NDLR. Armée israélienne) où "près de 30 soldats sont soupçonnés d'avoir entretenu des relations sexuelles illégales avec une jeune fille de 14 ans, la fille d'un militaire de carrière de l'armée de l'air". Les soldats risquent d'être inculpés pour détournement de mineure, a indiqué un officier de l'armée de l'air au "Jerusalem Post". Selon le quotidien, les délits auraient commencé il y a un an et demi, alors que la jeune fille n'était âgée que de 13 ans. ** Le chef d'état-major Dan Haloutz a déclaré mardi 2 mai 2006 à la radio publique que "si l'Iran parvient à disposer de l'arme atomique, avec son régime actuel, cela constituera une menace existentielle pour Israël. Le régime de Téhéran tire sur la corde, et j'espère qu'il ne prendra pas le risque de la rompre".
CISJORDANIE :
Le dirigeant du syndicat des travailleurs palestiniens, Shaher Saeed, a déclaré lundi 1er mai 2006 à l'occasion d'un rassemblement de milliers de travailleurs en chômage dans la ville de Ramallah pour la Fête du Travail que 68 travailleurs palestiniens avaient été tués par les troupes israéliennes au cours des 2 dernières années. Shaher Saeed a indiqué qu'au moins 300 000 travailleurs palestiniens étaient au chômage. Le Bureau de la statistique central palestinien a indiqué que le taux de chômage en Cisjordanie et dans la bande de Gaza était de plus 50 %.
IRAK :
Le convoi de Maamoun Sami Rachid, gouverneur de la province d'Anbar, à l'ouest de Bagdad, a été visé mardi 2 mai 2006 par un attentat à la voiture piégée qui a fait 3 morts parmi ses gardes-du-corps. On ignore si le gouverneur a été touché lors de cette attaque. ** Le ministre allemand des affaires étrangères, Frank Walter Steinmeier, actuellement en visite au Chili, a annoncé qu'après 13 semaines de détention, les 2 ingénieurs originaires de Leipzig, Thomas Nitzschke et René Bräunlich, employés dans une usine de détergents dans le complexe industriel entourant la raffinerie de pétrole de Baïdji, la plus importante d'Irak, dans le nord du pays, enlevés le 24 janvier 2006, ont été libérés.
IRAN : Le ministre de la Justice, Jamal Karimirad, a annoncé que 2 Suédois, employés dans le bâtiment en Iran, ont été condamnés à 3 ans de prison pour avoir photographié des bâtiments militaires et installations de télécommunications à Qeshm, île iranienne du Détroit d'Ormouz à environ 1 400 kilomètres au sud de la capitale Téhéran.
ITALIE :
Le premier ministre Silvio Berlusconi a officiellement remis sa démission mardi 2 mai 2006 au chef de l'Etat Carlo Azeglio Ciampi, ouvrant la voie à la formation d'un nouveau gouvernement par Romano Prodi (gauche), ancien président de la Commission européenne, dont le parti a remporté les élections législatives des 9 et 10 avril 2006.
FRANCE :
Des représentants des 5 membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et de l'Allemagne étaient réunis mardi 2 mai 2006 à Paris pour débattre de la crise nucléaire iranienne et préparer la réunion de leurs ministres des Affaires étrangères le 9 mai à New York. La Chine et la Russie restent hostiles à des sanctions et à toute action militaire contre l’Iran.
CANADA :
Dans une interview au quotidien du Québec "La Presse", l'ancien Premier ministre français Alain Juppé a annoncé son retour, à l'été 2006, en France dans sa ville de Bordeaux après un séjour d'un an au Québec. Alain Juppé est arrivé en 2005 à Montréal où il enseigne à l'Ecole nationale d'administration publique (ENAP) après avoir été condamné le 1er décembre 2004 en appel à 14 mois de prison avec sursis et un an d'inéligibilité - au lieu de 10 ans en première instance dans l'affaire des emplois fictifs du RPR.
KIRGHISZTAN :
La totalité du gouvernement a donné sa démission mardi 2 mai 2006 après un vote du parlement vendredi 28 avril 2006 critiquant son action.
NEPAL :
 Le nouveau Premier ministre, Girija Prasad Koirala, a présenté la composition de son gouvernement, dont les 7 membres ont prêté serment devant le roi Gyanandra. Les tâches prioritaires de ce gouvernement seront d'ouvrir des discussions de paix avec les rebelles maoïstes et de réduire les prérogatives du roi.
ONU :
A l'occasion de la Journée Mondiale de la liberté de la presse, célébrée mercredi 3 mai 2006, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) a présenté mardi 2 mai 2006 devant l'ONU son rapport sur la liberté de la presse dans le monde et a présenté la liste des 10 pays les plus censurés au monde. La Corée du Nord est en tête suivie par la Birmanie, le Turkménistan, la Guinée équatoriale, la Libye, l'Erythrée, Cuba, l'Ouzbékistan, la Syrie et le Belarus. Le CPJ qualifie la censure d'Etat comme "l'une des plus pressantes menaces contre les journalistes à travers le monde". Pour déterminer le classement des plus importants censeurs, les équipes du CPJ ont établi plusieurs critères : contrôle d'Etat sur tous les médias, existence d'une censure formelle, utilisation de la violence par le gouvernement, emprisonnement et harcèlement des journalistes, interdiction à la presse étrangère de filmer, restrictions de l'accès à Internet. Pour la directrice du CPJ, Ann Cooper, "la population de ces pays est quasiment isolée du reste du monde par des dirigeants autoritaires qui musèlent la presse et étranglent l'information grâce à des lois répressives, la peur et l'intimidation".
ETATS-UNIS : Des centaines de milliers d'immigrants illégaux ont défilé dans les rues des grandes villes américaines lundi 1er mai 2006 pour demander au Congrès une réforme qui leur permettrait de travailler en toute légalité et d'obtenir la citoyenneté. ** Selon un sondage effectué pour le magazine "National Geographic", 6 jeunes Américains sur 10 ne savent pas où est situé l'Irak, pas plus que le tiers des jeunes âgés entre 18 et 24 ans ne savent où se trouvent la Louisiane, frappée par l'ouragan Katrina. Selon le président du "National Geographic" John Fahey, "l'illettrisme géographique influence notre santé économique, nos relations avec les autres nations et notre environnement et nous isole du monde". Le magazine a donc décidé de lancer une campagne sur 5 ans, baptisée "My Wonderful World" et destinée à améliorer les connaissances géographiques des jeunes âgés de 8 à 17 ans. 
 
Repost 0
Published by GOOPRESS - dans NEWS
commenter cet article
1 mai 2006 1 01 /05 /mai /2006 10:32
Clearstream : vers la nomination de Jean Louis Debré à Matignon ?
 
 - Depuis 12 mois, les crises graves se succèdent à un rythme sans précédent : échec du référendum, démission du Gouvernement, émeutes urbaines, crise du CPE...Il faut que la France soit en congés pour que le Pouvoir ait le calme. Mais avec Clearstream, un enjeu particulier ajoute une nouvelle dimension à cette nouvelle crise.
 
Par la multiplication des crises avec la société, il était admis que le Pouvoir était en rupture avec la "vraie vie". Cette rupture était bien entendu grave. Mais, avec Clearstream, c'est la résurgence de "l'Etat RPR", longtemps épouvantail au point d'être la colonne vertébrale de la déclaration de candidature de F. Mitterrand en mai 1988 : protéger les Français contre "l'Etat RPR".

Que recouvre cette idée ? C'est l'appropriation de l'appareil d'Etat par un parti politique éloignant ainsi cet appareil d'une certaine éthique pour le détourner à des fins partisanes ou personnelles. Ne pas comprendre la société, c'est déjà inquiétant. Mais détourner l'appareil d'Etat à des fins indignes de l'intérêt national, c'est autrement plus grave au moment où l'opinion est en quête de morale et de sens.

Comment un pouvoir sortant peut-il imaginer une mise en campagne avec un socle aussi fragile ? Dans de telles conditions, le bilan n'est plus un tremplin mais un véritable plongeoir. Qui peut imaginer une opinion publique dire au pouvoir sortant : " à vos échecs, prêts, restez !"

Le "nouvel électeur" est déjà très infidèle, prêt à zapper en permanence. Pour lui, ce zapping n'est pas une injustice, une preuve d'instabilité voire d'immaturité. Zapper, c'est affirmer son autonomie, optimiser son pouvoir personnel (voir analyse détaillée dans la lettre 38 à paraître le 02/05/06). Dans cette ambiance, avec une telle succession de crises graves, c'est presque un devoir d'infidélité que le pouvoir sortant impose.

Il lui faut donc tourner rapidement une page "suicidaire" de son Histoire récente, changez les têtes, sortir de la confusion entre UMP et Gouvernement, répartir clairement les rôles. C'est un défi collectif prioritaire sauf à considérer que le trait soit déjà tiré sur l'échéance de 2007. Le seul profil permettant de ramener de l'autorité et de l'éthique semble être celui de l'actuel Président de l'Assemblée Nationale, Jean Louis Debré, dont le Chef de l'Etat ne peut pas douter par ailleurs d'une solide loyauté.
Repost 0
Published by NONEIME - dans POLITIQUE
commenter cet article
29 avril 2006 6 29 /04 /avril /2006 10:31

PROMOTION PAR L'OBJET - demande de renseignements: mileprod@wanadoo.fr

Bienvenue sur le site : http://or-blanc.over-blog.com

OR BLANC PROMOTION  DONNE LE PALMARES 2006

TOURISME : la sélection 2006


KRYSTEL et ses promenades en Calèche sur le marais

Produit du Terroir  Lauréat 2006


Olivier MOUILLERON - Producteur de sel à Batz sur Mer  

Repost 0
Published by padraig - dans PUB - PROMOTION
commenter cet article
29 avril 2006 6 29 /04 /avril /2006 07:55

Pour être informé rapidement des modifications et nouveautés
ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT A LA NEWS LETTER

Repost 0
Published by padraig - dans hippocampeinfo2
commenter cet article
27 avril 2006 4 27 /04 /avril /2006 07:44
PS : Petite tentative de meurtre entre amis

Au Parti socialiste, on nous dit que la confiance a changé de camp depuis le CPE. On nous assure même que les jeunes dans la rue, c'est un peu comme l'hirondelle qui annonce le printemps et que la droite n'a qu'à bien se tenir car elle va voir ce qu'elle va voir: une gauche requinquée. Une gauche qui, quoi qu'il arrive, sera au rendez-vous présidentiel de 2007 pour demander des comptes à l'actuelle majorité et faire des propositions pour la France.
Vous l'avez compris, il s'agit là de la description du monde politique tel que le rêvent les plus optimistes des socialistes, de la description idyllique d'une situation qui, à y regarder de plus près, est loin d'être stabilisée... Dernière preuve en date du flou qui règne rue de Solférino, la menace de Martine Aubry qui se retrouve sans point de chute pour les élections législatives de 2007 et qui a évoqué la possibilité de se lancer, elle aussi, dans la compétition présidentielle si une solution n'etait pas trouvée très vite. La preuve que l'entreprise de pacification, voulue par François Hollande au congrès du Mans, a presque vécu; la preuve que chacun a décidé de jouer sa partition personnelle en l'absence de leader incontestable et incontesté. Nous avions Jack Lang, à la récente déclaration d'intention publique. Nous avions Dominique Strauss-Khan et Laurent Fabius qui s'autoproclamaient quasiment favoris. Nous aurons peut-être également Martine Aubry, à moins que cette nouvelle crise, «crise des ego qui sera vite réglée», nous assure-t-on à la direction du PS, ne vise qu'à créer les conditions du retour de Lionel Jospin, ce que souhaiterait justement, avec d'autres, celle qui a porté les 35 heures et qui se considère très mal récompensée aujourd'hui.
En fait, s'il y a de la confusion au PS, c'est parce qu'on y joue une pièce un peu ridicule que l'on a déjà vue et que l'on pourrait intituler, par dérision, «Mais qui a peur de Ségolène Royal?». Les sondages et l'engouement médiatique pour la présidente du conseil régional de Poitou-Charentes énervent d'autant plus qu'ils ne se démentent pas et que les échéances approchent sans qu'elle montre de signes d'essoufflement.
Il faut dire que Ségolène Royal a choisi de rester en retrait et qu'elle est économe de sa parole, ce qui a le don d'ulcérer ceux qui réclament désormais «une véritable confrontation sérieuse» sur les grand sujets de fonds, parce que, pensent-ils, c'est ainsi qu'ils pourront ramener Ségolène Royal à de justes prétentions et, accessoirement, s'en débarrasser pour rester entre candidats «solides». Ce qui est peut-être une erreur stratégique, mais cela, c'est l'avenir qui nous le dira.
En attendant, c'est le projet socialiste qui pâtit de cette confusion. L'adoption du texte vient d'être repoussée à début juillet. Officiellement, il s'agit de mieux faire participer les militants. Officieusement, ce serait une petite concession -dans tous les cas pas celle qu'ils espéraient- à ceux qui désirent gagner du temps pour éviter de voir Ségolène Royal s'abriter derrière le programme du parti, refuser de produire et défendre des idées personnelles. C'est de courte vue. C'est tout simplement oublier un peu vite que, lorsqu'on est sur la défensive, c'est que l'on a déjà perdu le combat.
Patrice Biancone

Repost 0
Published by BIANCONE - dans POLITIQUE
commenter cet article
26 avril 2006 3 26 /04 /avril /2006 04:42
La politique replonge dans les affaires
Clearstream . Le dossier de dénonciation calomnieuse portant sur les comptes de la société financière rebondit avec des perquisitions.

Quand une affaire en enfante une deuxième qui en enfante une troisième... Où cela s’arrêtera-t-il ? Du dossier des frégates de Taïwan a surgi l’affaire Clearstream, elle-même secrétant celle du « corbeau » qui défraie la chronique en mêlant désormais enjeux industriels, bataille judiciaire, menées des services d’espionnage français et rivalités politiques. Un canevas complexe à rebondissements multiples dignes d’un roman policier.

C’est vers le mystérieux « corbeau » que s’orientent aujourd’hui les recherches des juges Jean-Marie D’Huy et Henry Pons en charge du dossier, pour tenter d’en déterminer l’identité. Des dernières semaines, une série de perquisitions ont visé les allées du pouvoir chiraquien et des services secrets français, ainsi que les bureaux de la direction du géant aéronautique européen, EADS. Avec en dernier lieu celles menées jeudi 13 avril au bureau de la ministre de la Défense, Michelle Alliot-Marie, et à celui de son ex-collaborateur, le général à la retraite Philippe Rondot, pointure des services secrets, et mercredi 19 aux archives du ministère. Sur la foi d’informations recueillies dans des documents déclassifiés de la DST, la justice s’intéresse à deux cadres d’EADS, Jean-Louis Gergorin, réputé proche de Dominique de Villepin, et Imad Lahoud, ayant officié pour la DGSE. Sans parvenir à établir pour l’instant s’ils tiennent la piste du véritable corbeau.

L’origine de cette affaire dans l’affaire remonte au printemps 2004, quand le juge Renaud Van Ruymbeke, en charge du dossier des frégates de Taïwan, reçoit des plis anonymes. L’un d’entre eux contient un cédérom censé répertorier des numéros de comptes secrets de Clearstream, une société financière luxembourgeoise, ayant servi à la perception de commissions occultes liées au marché des frégates.

Des personnalités politiques et industrielles françaises sont dénoncées par le « corbeau » comme utilisateurs de ces comptes, dont Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Économie, son prédécesseur socialiste à ce poste, Dominique Strauss-Kahn, l’ancien ministre de l’Intérieur, Jean-Pierre Chevènement, et Alain Madelin, également ancien ministre. D’autres noms émergent, dont Alain Gomez, ex-PDG de Thomson, Pierre Martinez, ancien bras droit de Gomez, et Philippe Delmas, ancien dirigeant d’Airbus et actuel vice-président d’EADS.

Après plusieurs mois d’investigations, l’enquête conclut à la fausseté des allégations du « corbeau ». Nicolas Sarkozy est le premier à se porter partie civile pour « dénonciation calomnieuse », rejoint depuis par la plupart des protagonistes de l’affaire. La traque du « corbeau » désormais tenu pour un affabulateur peut commencer.

L’affaire prend alors une tournure nettement plus politique ayant pour cadre l’affrontement au sommet de l’État entre Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin. Avec, pour enjeu, la future candidature de la droite à l’élection présidentielle. Le ministre et président de l’UMP prend prétexte d’une enquête portée à la connaissance de Dominique de Villepin par la DST en 2004, alors qu’il était en fonction place Beauvau, et dont il aurait prestement dissimulé les conclusions tendant à innocenter son rival. Des agissements qui étayeraient l’existence d’une campagne pour saboter sa candidature pour 2007. En réponse, le chef du gouvernement a affirmé à Nicolas Sarkozy être totalement étranger à cette affaire. Reste que les perquisitions se multiplient désormais au sommet de l’État.

Tout cela ne sent pas très bon. L’intervention d’un ministre en exercice comme partie civile dans une affaire, un cas « rarissime » comme le relevait Libération vendredi dernier, n’est pas de bon augure pour l’indépendance de la justice. Le dossier Clearstream, désormais pollué par celui des dénonciations calomnieuses du « corbeau », éclabousse les politiques. Et certains de sauter à pieds joints dans le marigot en espérant en tirer profit en vue des échéances électorales, sans que le plus petit bout de lumière ne soit encore fait dans cette affaire. L’image de la politique comme le vrai débat d’idées en feront forcément les frais. Serait-ce là, plus que la recherche de la vérité, le but de ceux que le rejet de la politique de la droite dans le pays pourrait gêner ?

Sébastien Crépel (l’Humanité)
Repost 0
Published by Sébastien Crépel (l’Humanité) - dans POLITIQUE
commenter cet article
25 avril 2006 2 25 /04 /avril /2006 19:37
Repost 0
20 avril 2006 4 20 /04 /avril /2006 06:44

EDITO : LA LENTE AGONIE DE FRANCE SOIR

Quand un journal disparaît c'est un peu de notre liberté que l'on enterre, c'est une voix qui s'éteint, c'est une vérité qui ne sera plus dite. Peut importe ce que l'on peut penser d'un journal, le fait qu'il existe, qu'il puisse être écrit et publié puis lu c'est le signe évident que la liberté existe et là où l'on est, en raison de cette liberté, on a la possibilité de se faire une opinion sur ce qui nous entoure, sur ce qui est éloigné de nous. On a le droit de savoir!

Le lecteur détient un droit, il a des avantages mais aussi des obligations, celles d'être le gardien de cette liberté.

Etre responsable en même temps que citoyen

Car le vrai danger n'est-il  pas la pensée unique, la standardisation de la pensée, la sélection de ce que l'on doit ou ce que l'on ne doit pas savoir, en raison de la volonté d'un homme, d'un groupe d'individus qui auraient cette faculté extraordinaire et extravagante de pouvoir décider et imposer une vérité formatée? 

Il faut être pour la pluralité de l'information, il faut reconnaître pour les autres la liberté que l'on souhaite pour soi-même, aider et soutenir celles et ceux qui se battent ici ou ailleurs pour que cette pluralité existe et se développe.

Aujourd'hui, sans la publicité la presse ne peut tenir, sans soutien financier elle ne peut exister. Cela la rend fragile et vient gommer avec plus ou moins de force cette liberté de penser, d'écrire et de publier.

Seuls les lecteurs peuvent empêcher le déclin d'un journal ou même maintenant de tous les supports nouveaux et modernes qui fleurissent ici et là.

C'est la fidélité et l'implication des lecteurs-citoyens qui peuvent permettre le maintien des libertés collectives.

La perspective de voir disparaître les services politiques et photo par exemple ne pourraient que changer radicalement le quotidien.
Aujourd’hui les journalistes de France Soir ont décidés de se mettre en grève et alimentent un blog de résistance : www.francesoirenlutte.com
                Soutenons-les, ils en ont besoin !
Repost 0
Published by padraig - dans SOCIETE
commenter cet article
19 avril 2006 3 19 /04 /avril /2006 12:58
QUESTION - Votre visite en Égypte arrive au moment où l'Égypte a connu des réformes importantes dans les domaines politique et économique, que le Président MOUBARAK a lancées.

L'économie se modernise et s'ouvre au marché mondial. Les institutions se renouvellent également et l'année 2005 a connu un débat politique intense, avec la réforme du mode d'élection du chef de l'État, suivie des élections Présidentielles et législatives. Nul doute qu'il va se poursuivre et s'amplifier. L'important est que ce pays puisse déterminer souverainement et démocratiquement les voies et le rythme de sa modernisation. L'ambiance est amicale et chaleureuse. Une vision commune des défis et de la manière de les relever nous rapproche.

QUESTION - Les relations entre la France et l'Égypte ont été toujours considérées comme excellentes. Une Égypte qui s'ouvre et se libéralise, ce qui transforme rapidement le climat général des affaires. Maintenant vous allez inaugurer l'université française en Égypte, comment envisagez vous son rôle dans le maintien du dialogue des cultures entre la France et l'Égypte, d'un côté, et la France, l'Égypte et le monde, de l'autre? Et quels sont les aspects de coopération dans le domaine de l'éducation que vous allez discuter avec le Président Égyptien ?


LE PRESIDENT – Je suis convaincu de la nécessité d'un dialogue des cultures. Par conviction personnelle d'abord : j'aime et je connais un peu l'histoire du Moyen-Orient, de ses civilisations. Les études y sont sanctionnées par des diplômes délivrés à la fois par l'UFE, mais aussi par des universités françaises, ce qui permettra aux étudiants de poursuivre plus facilement des études en France ou en Europe.
Au-delà, l'Égypte et la France sont unies par des liens culturels d'une nature et d'une force particulières que cette visite permettra de renforcer. 500 000 touristes français se rendent chaque année en Égypte. Des milliers de Français expatriés y vivent.

Comment envisagez-vous les relations avec les musulmans en France dans le cadre des confrontations internationales contre l'Islam qui se passent aujourd'hui ? Et comment le gouvernement français envisage-t-il de réformer la situation des communautés marginalisées en France, et quelle était la raison des perturbations des banlieues qu'a connues le pays dernièrement ?


LE PRESIDENT - La façon dont vous posez cette question est très significative, me semble-t-il, des risques d'amalgames ou de confusion dans lesquels on tombe trop souvent lorsqu'on évoque les relations entre chrétiens et musulmans, Orient et Occident, Sud et Nord. Je ne crois pas à la fatalité d'une guerre des civilisations ou des cultures. Au cours de cette crise, j'ai affirmé la position de la France en condamnant toutes les provocations manifestes, susceptibles d'attiser les passions et de blesser dans la foi et les croyances. De tels actes étaient inacceptables et ont fait le jeu des extrémistes.
Pour sa part, et j'en viens ainsi à l'autre aspect de votre question, la France respecte toutes les religions et toutes les convictions. Nous devons également promouvoir l'égalité des chances dans le domaine de l'emploi, de l'accès au logement, de l'éducation··· Et puis, à l'autre bout de la chaîne, se pose la question des flux migratoires qui appelle une réponse concertée au sud et au nord de la Méditerranée.
Ce sont naturellement des thèmes sur lesquels j'écouterai attentivement les avis et les commentaires du Président MOUBARAK.

QUESTION - Pendant des années vous avez maintenu un dialogue continu avec le Président MOUBARAK, sur les problèmes du Moyen Orient et les problèmes mondiaux, sur lesquels vous avez eu des opinions proches


La victoire du Hamas dans les élections démocratiques et libres en Palestine a suscité l'opposition de pays, surtout Israël et les Etats-Unis et l'Union Européenne. La France respecte ce choix. Tout contact avec le gouvernement du Hamas passe par le respect de trois principes : la reconnaissance d'Israël, la renonciation à la violence et la reconnaissance des accords signés entre l'OLP et Israël, en particulier les accords d'Oslo.
Dans l'immédiat, nous appelons le Hamas à comprendre que la voie de la violence est sans issue et à poursuivre sa transition vers l'action politique, en continuant de respecter la trêve et en s'engageant dans un processus de renonciation à la violence et de reconnaissance d'Israël. Une paix juste et durable dans la région ne pourra pas être imposée par l'une ou l'autre des parties.

QUESTION - Les relations entre la France et Israël ont eu, pendant votre présidence, plusieurs perturbations, comment voyez vous l'avenir des relations entre vos deux pays après les élections israéliennes et la formation d'un gouvernement de coalition présidé par le parti centriste Kadima et son chef Ehud OLMERT? Et pensez vous que ces relations pourraient influer négativement, ou peut être positivement, sur les liens forts entre la France et le monde arabe?

 
LE PRESIDENT - La France est attachée à la légitimité d'Israël et entretient avec l'État hébreu, depuis sa fondation, une relation d'amitié que le processus de relance des relations bilatérales mené depuis quelques années a permis de renforcer. S'agissant du processus de paix, cette relation s'est toujours appuyée sur une position équilibrée, qui se manifeste par une action résolue en faveur d'une solution juste et durable au conflit. Soyez certain que la France et l'Union européenne mettront tout leur poids et toute leur influence au service d'un tel projet. Un conflit intercommunautaire aurait des répercussions dramatiques, et en Irak, et au-delà. Les Irakiens peuvent encore et doivent se rassembler sur la base d'un pacte national qui garantisse l'intégrité du pays et permette à chacun de trouver sa place dans les nouvelles institutions. Bien entendu, nous ne mettons pas en cause le droit légitime de ce pays à l'énergie nucléaire civile, dès lors qu'il respecte ses engagements en matière de non-prolifération et donne à cet égard des garanties objectives du caractère pacifique de son programme. Ce fut l'accord de Paris de novembre 2004 sur la suspension des activités de conversion et d'enrichissement. Les décisions des dirigeants iraniens, en août 2005 et janvier 2006, de reprendre unilatéralement les activités sensibles à l'encontre des résolutions unanimes de l'AIEA ont interrompu ce processus. Par ailleurs, la France et l'Égypte ont obtenu que l'AIEA souligne que la solution du problème iranien contribuerait à la réalisation de l'objectif d'un Moyen-Orient libre d'armes de destruction massive et de missiles.
Bien entendu, j'attache la plus haute importance au point de vue du Président MOUBARAK sur cette affaire capitale pour la paix dans la région et dans le monde. Je partage d'ailleurs tout à fait sa conviction que l'instauration au Moyen-Orient d'une zone exempte d'armes de destruction massive et de leurs vecteurs constituerait un progrès pour la paix et la stabilité dans la région.

Est-ce que vous êtes satisfait de la coopération de la Syrie avec la commission ? Et qu'attendez vous de la Syrie dans la phase prochaine de l'enquête ? Et est ce que vous envisagez de mettre fin à son isolement international en cas de sa coopération totale ?

LE PRESIDENT - La France, unie au Liban par des liens historiques, est engagée avec la communauté internationale pour permettre au peuple libanais de recouvrer sa pleine indépendance et sa pleine souveraineté sur l'ensemble de son territoire. Ce processus a franchi une étape importante avec le départ des troupes syriennes du Liban en avril 2005, puis l'organisation d'élections libres et transparentes en juin. Ce sont là des acquis essentiels.
Mais pour faire aboutir ce processus, il faut que cessent les ingérences extérieures et que les résolutions des Nations unies soient pleinement appliquées. Les liens entre les peuples syrien et libanais sont d'ordre historique, politique, culturel et économique. La confiance et l'estime réciproques peuvent les faire fructifier dans l'intérêt des deux Etats.

QUESTION - Beaucoup d'observateurs ont parlé d'un rapprochement dans la vision politique de la France et l'Union Européenne à celle des Etats-Unis, surtout en ce qui concerne le Liban et l'Iran. Est-ce que ce rapprochement s'étend aux autres problèmes du Moyen Orient, surtout l'Irak, et la politique des réformes ? Et est ce que ce rapprochement est fait seulement de votre part? Ou a-t-il été réciproque ?

 
LE PRESIDENT - Nous sommes amis et alliés des Etats-Unis depuis l'indépendance de ce pays, à laquelle la France a joué un rôle décisif. Nous voulons, comme eux, travailler à la paix et à la sécurité internationale.

Est-ce que vous envisagez de faire renaître Barcelone et ses principes pour encourager la coopération culturelle, politique, économique et sociale entre les pays du bassin méditerranéen ?


LE PRESIDENT - Je me permettrai de nuancer votre jugement sur Barcelone. Un dialogue de sécurité et de défense s'y déroule. Les deux rives aspirent à davantage de sécurité, en particulier contre le terrorisme, à plus de croissance et à plus d'échanges culturels et humains. Se pose aussi le problème du contrôle des flux migratoires.
Sur toutes ces questions, l'Égypte joue un rôle moteur pour préserver l'originalité du processus de Barcelone et en renforcer l'efficacité.
Cette réalité nouvelle, profondément étrangère à l'expérience séculaire de nos peuples et de nos pays, doit nous conduire à redoubler d'attention et d'efforts pour préserver la paix. Nous devons respecter la diversité des peuples, des civilisations, des cultures, nous attacher aux valeurs de la tolérance et cultiver toutes les occasions de dialogue pour éviter les incompréhensions. Plus que tout autre, le continent africain porte le poids de ces déséquilibres ; des déséquilibres contraires à la morale la plus élémentaire et qui menacent gravement la paix et la stabilité mondiale. Il serait irresponsable de l'ignorer et de ne pas agir.
Le Secrétaire Général de l'ONU a pris des décisions pour la réforme de l'organisation internationale, comme la fondation du Conseil des droits de l'homme, malgré l'opposition des Etats-Unis.
Le point clé de cette réforme, c'est de renforcer l'autorité et donc la représentativité du Conseil de sécurité. Doté d'un statut rehaussé, il bénéficiera d'une légitimité et d'une autorité renouvelées, qui profiteront à l'ensemble des Nations unies. Respect pour ce que représente le peuple égyptien et confiance dans son avenir.
L'Egypte se dirige avec beaucoup d'énergie et d'intelligence vers le progrès et la modernité.

Confiance dans l'avenir de l'Egypte et du peuple égyptien. Je parle de la modernité économique et de la puissance de l'Egypte, qui sera un des pays essentiels du monde de demain.

Repost 0
Published by Présidence de la République - service communication - dans POLITIQUE
commenter cet article