Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : HIPPOCAMPEinfo2
  • HIPPOCAMPEinfo2
  • : TOUTE L'INFO Locale, Nationale et Internationale. Reportages -
  • Contact

DIVERS

 

soir-sur-les-quais.jpgScan-Lauf-jpg

 

 

Recherche

A la Une!

 Le premier média sur l'info locale
 Votre annonce ou votre publicité sur

"Ensemble, faisons circuler l'Info" "  

« Le savoir faire n’est rien sans le faire savoir »

contact téléphonique : 06 27 22 74 28

site  de Milepat Production : http://mileprod.over-blog.com
(pour nous contacter cliquer sur le bandeau)
entreprise individuelle SIRET n° 332 893 635 00059 code APE 7021Z

Les bonnes adresses au Croisic 

cliquer sur les liens 

 

Les saveurs de la mer, au cœur du centre historique  

 

Milepat Production Le Croisic "Votre communication sur mesure" :

 MAQUET~2 MAQUET~2 (cliquer sur le lien)

 

 

 

Communiqués

Carnaval : venez nous rejoindre

La ville invite tous ceux qui souhaitent à rejoindre les carnavaliers déjà inscrits pour le carnaval du Croisic le samedi 14 avril au soir pour le bal et le dimanche 15 avril pour le défilé sur les quais. Pas de thème imposé, costumes libres, chars acceptés avec enthousiasme. Contact à la mairie Laure Brechet 02 28 56 78 50 ou l.brechet@lecroisic.fr

 

 

 

Promotion de la Ville   

le croisic documentaire le croisic : documentaire copyright Milepat Production

 

(clic gauche pour visionner chaque vue, clic droit pour voir la vue précédente)

le croisic donnez de la hauteur 

Archives

Site à découvrir CAPTAIN MALO


Pour atteindre le site de CAPTAIN MALO cliquer  sur le bandeau
25 avril 2007 3 25 /04 /avril /2007 07:52


Projet de nouvelles cuisines
L’hôpital local met les petits plats dans les grands


Le projet fait suite à une inadaptation des locaux actuels aux nouvelles règles d’hygiène alimentaire et aux besoins en production de l’Hôpital. En effet, l’actuelle cuisine du site du Croisic date de 1976 et n’est plus évolutive pour tenir compte des méthodes modernes de production collective de repas
Les cuisines de l’Hôpital Local du site du Croisic ont été construites en 1975 avec pour mission de produire environ 450 repas/jour. L’extension de l’Hôpital Local du CROISIC, l’augmentation du personnel, la livraison des repas à la cantine scolaire et le portage à domicile nécessitent aujourd’hui la production de 750 repas/jour.


Un choix stratégique pour l’avenir
La fusion de l’Hôpital Local du Croisic et du Centre Hospitalier de Guérande en une nouvelle structure en 2003 a débouché sur la création de l’Hôpital Local Intercommunal de la Presqu’île (H.L.I.), et a permis de reposer la question de la restauration sous un angle nouveau. Il a été décidé de construire une cuisine centrale, lieu unique de production au Croisic, et d’aménager l’actuelle cuisine de Guérande en une cuisine relais, lieu de conditionnement des plateaux repas pour le site guérandais.

Le programme consiste en la construction d’une unité de production culinaire de 800m² sur le site du croisic, un projet qui a d’ailleurs été remarqué lors du concours d’architecte par son excellente intégration dans le site et son caractère fonctionnel et organisationnel. Une concertation naturelle s’est développée avec le personnel concerné, un personnel dont l’effectif va devoir être développé pour correspondre aux besoins nouveaux « Il y dans cette réflexion autant une recherche de qualité d’intégration du bâtiment mais aussi une réflexion sociale » précise Daniel Dumortier qui dirige l’Hôpital local intercommunal. « Le parti architectural est de créer un bâtiment à rez-de-chaussée en bordure du cheminement piéton en bordure du bois classé il faut savoir que ce dernier n’est pas affecté par l’opération.» L’enjeu étant de minimiser l’impact du bâtiment sur le site (bois, environnement direct, l’intégration des nouvelles liaisons logistiques tout en conservant celles existantes)

Une conception moderne pour une mission nouvelle.
Un soin tout particulier a été respecté pour que les façades en vis à vis du bois ne dénotent pas, elles seront traitées en béton matricé motif écorces d’arbres, en opposition à l’aspect relief et à la matière de la façade, l’aire logistique sera métallique et lisse en panneaux, matériaux « fini » qui assure esthétisme, l’isolation et l’étanchéité de cette façade. Pour ce qui concerne les locaux techniques ils seront situés sur une terrasse couverte au dessus de la zone de production. La zone technique se trouve ainsi invisible, protégée et accessible. Les contraintes acoustiques sont prévues en adéquation avec les réglementations en vigueur.

 La couverture du bâtiment épouse l’ensemble des volumes sans rupture tel un tapis « vert », la couverture étant végétalisée, elle est traitée comme une cinquième façade en raison des vues depuis les bâtiments environnants. En outre cette couverture assure une protection de l’étanchéité, une meilleure inertie thermique du bâtiment et un retardateur d’écoulement des eaux de pluie vers le réseaux de récolte des eaux pluviales.

L’unité de production culinaire sera gérée par un Groupement d’Intérêt Public (GIP) constitué entre les deux adhérents fondateurs que sont l’Hôpital Intercommunal de la Presqu’île et la Mairie du Croisic. Ce GIP sera géré par un Conseil d’Administration, un Directeur et un Responsable de restauration. La Convention constitutive du GIP de restauration publique Gwen Mor vient d’être approuvée par arrêté préfectoral en date du 29 mars 2007. « Bien entendu, l’entrée dans le GIP est possible pour tout nouveau partenaire qui serait intéressé, nous attendons la décision de la ville de Batz sur mer qui a souhaité entamer une réflexion sur ce sujet, indique Christophe Priou »

Ce qu’il faut savoir
La capacité de production retenue pour l’unité de production est de 1800 repas par jour de production soit 468.000 repas par an. Les équipements installés doivent pouvoir atteindre par une organisation adéquate et des accessoires évolutifs les 2000 repas par jour.Cette marge de capacité disponible doit permettre la recherche de nouveaux partenaires sans que cela interfère sur les prestataires privés.
L’opération de travaux s’élève à 3.072.629 €, actualisation comprise. L’opération est financée par l’Hôpital Local Intercommunal en partie en autofinancement (700.000 € soit 22,79 %), le reste par recours à l’emprunt (2.280.500 € soit 74,24 %) compte tenu de la subvention accordée par la mairie du Croisic d’un montant de 91.470 € sur 3 ans (30.490 € par année).
L’ouverture fonctionnelle de la cuisine se ferait au début du mois de septembre 2008 après la réception prévue fin juillet 2008.

 

 

Repost 0
Published by Padraig De CHEMOULIN - dans REPORTAGE
commenter cet article
21 mars 2007 3 21 /03 /mars /2007 18:19

QU' EST-IL ARRIVE AU ROSE DES VENTS ?

La nouvelle n’a pas tardé  à se répandre lundi, le chalutier Rose des Vents avec à bord Gaëtan Billon et Hervé Leray, s’est abîmé en mer dans la nuit de dimanche à lundi alors qu’il venait probablement de faire son dernier coup de pêche avant de rejoindre le port du Croisic.
Un signal émis dimanche par balise aux alentours de minuit, et ce fut l’alerte et la mise en œuvre de moyens importants ; la SNSM avec notamment le Pierre Robert Graham du Croisic, la Marine Nationale avec des unités maritimes (Aviso Commandant Blaison) mais aussi aériennes ( hélicoptères et Falcon) la sécurité civile avec un hélicoptère « Dragon 56 », la gendarmerie maritime… Les recherches qui n’avaient rien donné se sont poursuivies mardi pour être aujourd’hui abandonnées...

C’est un nouveau drame qui endeuille deux familles, comme toute une profession qui est souvent soumise à de rudes épreuves, mais aussi toute la communauté croisicaise resserrée autour de son port et des hommes de mer, pêcheurs et conchyliculteurs.

C’est aussi une incompréhension partagée par l’ensemble des secours comme par la population. Qu’est-il arrivé au Rose des vents dans la nuit de Dimanche à lundi ? a-t-il « accroché » ? a-t-il encaissé un gros coup de mer ? On se perd en conjectures !

A bord se trouvaient deux de nos compatriotes, Gaëtan Billon âgé de 39 ans et Hervé Leray 33 ans, tous deux étaient des marins expérimentés, reconnus comme de bons professionnels, passionnés par un métier rude et ingrat, respectueux de la mer. Ils n’ont toujours pas été retrouvés, le bateau n’a pas été localisé. Fait singulier, deux échos radars ont été reçus par les moyens mis en alerte alors que rien n’indique quoi que ce soit sur les cartes maritimes. Des débris repérés visuellement ont été relevés, il s’agit de caisse de pêche qui proviennent très certainement du Rose des vents dans le secteur de l’ Ile d’Yeu.

« Ce n’ est pas l’homme qui prend la mer mais c’est la mer qui prend l’homme » chantait Renaud, la phrase résonne étrangement aujourd’hui et sur le port croisicais, règne l’incompréhension. Pour Daniel Guillou, président de la station locale SNSM « On ne peut rien dire encore aujourd’hui sur ce qui a pu se passer. Ni pourquoi, ni comment le bateau a coulé » ce sont les mêmes interrogations au Comité local des pêches comme pour Simon Le Cossec, ancien patron pêcheur aujourd’hui maire-adjoint en charge des affaires maritimes « Je les connaissais tous les deux comme de bons professionnels, deux hommes compétents, connaissant bien la mer »
Le sort est cruel quand on sait que les deux frères d’ Hervé Le Ray ont perdu la vie eux aussi dans le naufrage du Perle de Jade en 2002.

Personnellement je me souviens de cet après-midi de Février 2006, je m’étais posté sur l’estacade pour « shooter » les bateaux rentrant au port ; parmi eux le Rose des Vents était apparu dans mon viseur, puis longeant le Mabon un bras s’est agité pour un salut au photographe. Ce moment est singulier. On avait une belle journée ensoleillée, un bateau dans une allure idéale, des marins qui se hâtaient de rentrer au port, pêche faite… il y a des souvenirs qui prennent soudainement de l’importance ! Il y a des moments où la mer a le goût des larmes !

La gendarmerie est saisie d’une enquête en flagrance à la demande du Tribunal de Grande Instance de saint Nazaire, sur proposition du CROSS ETEL.

La question reste posée : qu’est- il arrivé au Rose des Vents ? Il y a un besoin de savoir pour comprendre et surtout pour accompagner nos deux compatriotes qui sont partis là où le ciel et la mer se confondent.

La rédaction d'HippocampeInfo2 assure les deux famille de sa sympathie

Texte et Photo / copyright mars 2007 PL Le Croisic - tous droits réservés- contact /mileprod@wanadoo.fr

Repost 0
Published by Padraig De CHEMOULIN - dans REPORTAGE
commenter cet article
27 janvier 2007 6 27 /01 /janvier /2007 20:40

SNSM
Une année de transition...pour garder le cap


On soulignera que 2006 a été une année de transition : un nouveau patron du canot, un « bourdon » dans la ruche et un nouveau président. « Cette transition ,qui s'est faite avec l'appui de tous, doit permettre de maintenir la station du Croisic au plus haut niveau des stations de la SNSM c'est la solidarité et l'enthousiasme de ses hommes et de ses femmes qui constituent le véritable moteur de notre navire. Aussi, quelques soient les changements, Patron, Président, Equipier, la SNS095 reste et restera toujours prête à répondre aux appels de détresse de ceux qui prennent la mer. » a déclaré Daniel Guillou, le président qui a par ailleurs souligné que le cap doit être maintenu quand à la volonté de maintenir la station locale au meilleur niveau du dispositif de sauvetage, dont elle est un des maillons forts notamment avec la création de l'école de la mer « Cette année verra la sortie de la première promotion. La mission était ambitieuse : créer de toutes pièces un cursus efficace tant d'un point de vue théorique que pratique tout en étant assuré par des bénévoles, non rompus aux rouages de la pédagogie. Aujourd'hui nous pouvons en retirer quelque fierté d'autant plus que l'amiral Yves LAGANE que nous avons rencontré début décembre a émis le souhait de nous rendre visite en mars 2007 pour constater de visu cette nouvelle approche de recrutement au sein de la SNSM et ce, dans l'optique d'une généralisation de ce type d'expérience aux stations qui souhaiteraient s'engager dans une démarche similaire. » A noter aussi que d?une manière générale la formation des personnels reste globalement un des priorités, cette formation s?accomplit au sein d?un partenariat avec Françoise Caïric pour tout ce qui touche au secourisme.
A propos de la « boutique » qui est aussi une vitrine pour la station et des contributions dont bénéficie la station, le président précise « il me faut également remercier toutes les collectivités , les associations et nos adhérents ,qui par leurs subventions et leurs dons nous permettent de maintenir nos matériels au meilleur niveau de disponibilité et de sécurité . Ce bilan de l'exercice 2006 ne peut se conclure sans évoquer l'activité de nos « abeilles ». Il faut garder à l'esprit que grâce à leur action, elles contribuent à près de 25% des ressources de notre station. Un merci tout particulier à Eliane LEVY qui passe le flambeau à Christian DURET »

La station en quelques chiffres
AFPS : 8 admis sur 8 présentés,
Permis Côtier 4 admis sur 6 présentés,
CRR 6 admis sur 6 présentés.
A l'instar de 2005, 2006 la station a connu une progression de ses adhérents et une baisse des interventions :
70 adhérents de plus soit 404 en tout
16 interventions pour le CTT vs 25 en 2005
3 interventions pour le ZODIAC vs 7 en 2005
56 personnes secourues
Les effectifs restent stables avec un départ et deux arrivées
                                         soit: 25 Personnes navigantes

autre point : le président a tenu a remercier les initiatives prises par des bénévoles ou des particuliers dont nous avons parlé récemment à savoir le groupe AR VAG (un CD vient de sortir au profit de la station) ainsi que la toupe des Korrigans du Port qui prépare activement un dîner-spectacle pour lequel on peut encore réserver auprès de l'Office de Tourisme du Croisic)

aller sur le site SNSM :http://snsm-croisic.wifeo.com/

lire les pages :APRES LE SUCCES DE 2006, LES KORRIGANS REMONTENT SUR SCENE et : L'équipage de Mirabelle chante pour la SNSM du Croisic  (cliquer sur les titres de page pour accéder aux articles)

Repost 0
Published by Padraig De CHEMOULIN - dans REPORTAGE
commenter cet article
19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 13:03
Sauvetage en mer
L’Ordre National du Mérite Maritime à François Lachèvre
L’Amiral Jean Marie Gillory, administrateur général de la SNSM a élevé François Lachèvre, membre de la station locale, au grade de chevalier dans l’ordre national du Mérite Maritime « C’est aussi tous les bénévoles de la station que vous récompensez à travers moi qui suis l’un deux » a déclaré François Lachèvre, homme brillant et modeste qui a effectué un parcours peu commun tant sur le plan humain que professionnel. Né à Versailles, il effectue des études brillantes en France et en Angleterre, ancien capitaine de vaisseau de réserve, il a voué à la mer et à la marine marchande une vie de grand professionnel souvent recherché pour la qualité de son jugement, sa carrière fût française mais aussi internationale, régulièrement appelé à des postes de haute responsabilité dans des structures internationales.
Depuis début des années 50, il donne de son temps au sauvetage en mer pour un jour de 2001 apporter sa collaboration à la station croisicaise et la faire bénéficier de sa capacité relationnelle. Fils de sénateur, François Lachèvre a choisi lui aussi de servir, la cause du sauvetage en mer était le choix naturel pour cet homme toujours tourné vers le large grâce au yachting qu’il pratique depuis toujours ; désormais plus disponible, il vient d’être appelé au sein du conseil national de la SNSM à un poste d’administrateur.


Photo : de gauche à droite
François Lachèvre, Daniel Guillou (président de la station du Croisic) et L’amiral Jean Marie Gillory (administrateur Général de la SNSM)
Repost 0
Published by Padraig De CHEMOULIN - dans REPORTAGE
commenter cet article
15 décembre 2006 5 15 /12 /décembre /2006 12:41

Pour être informé chaque jour sur l'actualité locale, nationale et internationale abonnez-vous gratuitement vous recevrez à chaque nouvel article mis en ligne sur http://hippocampeinfo2.over-blog.com un extrait de l'article que vous pourrez ensuite librement consulter si le sujet vous intéresse.

Comment s'abonner?

Il suffit d'atteindre le pavé "inscription à la news letter" qui se trouve en haut, sur la colonne de gauche de la page d'ouverture, en deux ou trois clics.... vous serez abonné!

s'abonner (gratuitement) est le meilleur moyen d'être à la pointe de l'actualité.

Le site peut être mis à la disposition des associations, des municipalités, des particuliers sous réserve de l'acceptation des articles soumis à la rédaction.

ADRESSEZ VOS TEXTES ET MESSAGES DE COMMENTAIRES à (cliquez sur le lien suivant)

hippocampeinfo2@wanadoo.fr


Repost 0
Published by Padraig De CHEMOULIN - dans REPORTAGE
commenter cet article
20 novembre 2006 1 20 /11 /novembre /2006 11:30

Union Nationale parachutistes
L’esprit para est toujours d’actualité


Plus de quatre vingt anciens parachutistes de tous grades et de différents corps, anciens combattants ou pas se sont retrouvés au Croisic, dimanche 19 novembre pour assister à l’assembler générale de l’Union Nationale Parachutistes, une structure d’envergure nationale qui regroupe sur l’ensemble du territoire douze mille membres répartis sur les cent vingt huit sections (métropole et territoires d’outre-mer.)
Le Commandant Claude Fouin qui préside l’antenne départementale a tenu à rappeler les fondamentaux de l’UNP, un organisme qui privilégie « l’entente et la solidarité entre les membres ce qui implique une action permanente vers tous ceux, abandonnés, désemparés et meurtris dans leur chaire, qualifiés parfois de soldat perdus » souligne le général de corps d’armée (cadre de réserve) Christian Piquemal qui occupe la présidence nationale.
Le principe du « para un jour, para toujours » est plus que jamais d’actualité, l’esprit commun des adhérents qui se veut comme le trait d’union ; symbole d’une fraternité promulguée comme une raison impérieuse de faire se prolonger ce que tous ont vécu au service de la nation, qu’ils soient de carrière ou du contingent.
L’UNP veut « porter des valeurs humaines et morales » se positionner comme acteur important de l’entraide, attentive à l’image de ce corps et s’impliquer dans sa défense. Alors qu’il existe plusieurs organisations d’anciens militaires parachutistes, elle se veut garante d’une unité de souvenir et d’action mais aussi de mémoire.
Les parachutistes appartiennent à des armes différentes, au-delà de cette réalité, il existe une unité que l’UNP veut mettre en relief, elle est reconnue d’utilité publique et édite un magazine trimestriel qui informe les adhérents et sympathisants de la vie des 18 régions administratives.

L’histoire retient l’action de ce corps d’élite qui a souvent écrit les pages les plus glorieuses avec foi et enthousiasme mais aussi avec le sens du sacrifice et avec un idéal que rien n’est venu diminuer jusqu’à ce jour, les anciens transmettant aux nouveaux leurs valeurs.
Une cérémonie s’est ensuite déroulée aux monuments aux morts du Mont Esprit, émotion et souvenir étaient au rendez-vous de la fidélité à l’histoire et à la parole donnée.


Jacques Zingué, s’est posé à La Baule
Cet ancien para à la moustache conquérante a bien voyagé, l’Indochine et ensuite l’Algérie n’ont pas eu raison de son sourire ni de son sens de la répartie. L’esprit parachutiste, il connaît, il se sent solidaire de tous ses frères d’armes qu’ils aient fait carrière ou qu’ils aient répondu à la conscription, quand elle existait encore.

Il exerça ensuite d’autres talents dans le cadre de la presse locale au sein de notre journal sur les communes de l’intérieur, relatant avec un soin tout particulier l’actualité locale au jour le jour. A la demande du président Claude Fouin il a pris en charge les relations avec la presse écrite, la télévision et la radio pour le compte de l’UNP départementale.



Jacques Zingué

Repost 0
Published by Padraig De CHEMOULIN - dans REPORTAGE
commenter cet article
24 septembre 2006 7 24 /09 /septembre /2006 23:14

LA CONFRERIE DU TASTE WHISKY ECOSSAIS PREND PLACE EN PRESQU'ILE GUERANDAISE


C'est en grande pompe et suivant un protocole réglé au millimètre que le Grand Maître national du Taste Whisky Ecossais, Jean Gaumer venu de Roanne a ouvert le chapitre procédant du même coup à l'installation de la première confrérie sur l'ouest. Gérard Lemerle qui avait déjà été intronisé en d'autres lieux était depuis trois ans pressé par ses amis de participer à l'installation de la Confrérie en région Presqu'île. C'est désormais chose faite!

Attiré par un attroupement devant l'ancienne criée , près de 150 personnes venues de toute la France (représentant 18 confrérie régionales) arborant fièrement leurs tenues de grande cérémonie alors que retentissait le son de la cornemuse, les promeneurs surpris, sont venus voir de quoi il s'agissait! après une aubade donnée par le Bagad de la Presqu'île, les choses sérieuses pouvaient commencer avec l'installation suivant leur grade et leur rang des adeptes hommes et femmes, du whisky écossais, tandis que tout au fond de l'ancienne criée les candidats à l'intronisation attendaient sagement d'être reçus dans la confrérie devant leurs aînés.


La confrérie "LE CROISIC - PAYS DE GUERANDE" sera donc dirigée par Gérard Lemerle qui en devient le premier président, il rejoint ainsi les autres dignitaires de la confrérie qui oeuvrent chacun dans leur région... ont été nommés aux postes principaux et deviennent eux-mêmes dignitaires plusieurs personnalités connues de la cité corsaire : Philippe Le Bot (héraut d'armes), Alain Livinec (grand argentier), Jacques Monnier, Gérard Le Cam (vice-président) et Bernard.Martin (Chambellan).

Ont été admis au sein de la confrérie au grade de chevalier :
Christophe Priou (député maire du Croisic), Jean Marc Brillaut et son épouse (chefs d'entreprises), Jean Pierre Harrau et son épouse, Mme Livinec, ainsi que différentes personnalités locales ou étrangères au département qui soit ont pris le grade de chevalier et de dames d'honneur.

Une dizaine de membres constituent l'effectif de départ mais comme le souligne Gérard Lemerle "Nous avons reçu de nombreux messages d'encouragements et de soutien , nous aurons d'ici à quelque temps des candidats désireux de nous rejoindre"

A noter que les buts poursuivis par cette confrérie sont en tout point identiques à ceux des autres confréries disséminées sur l'hexagone, c'est la célébration d'un produit et de ses qualités, la convivialité et l'amitié suivant des règles de conduite et de bonne éducation, de bien vivre, librement admises mais aussi de fidélité aux règles et principes existant dans le cadre de la confrérie.

Le Grand maître a souligné longuement et parfois avec humour le pourquoi cette liaison étroite avec l'écosse trouvant mille raisons dans l'histoire de le justifier, le whisky devenu le précieux liquide que chacun ici évoque n'a semble-t-il de vérité qu'en terre d'Ecosse mais la compétition reste totalement ouverte avec l'Irlande, autre pays producteur de whisky.

Le whisky (ou whiskey) est une eau-de-vie d'orge malté, parfois additionnée de seigle, d'avoine, ou encore de maïs. L'origine du whisky est aujourd'hui toujours sujet à controverses entre les Irlandais et les Écossais, chacun allant de sa preuve la plus antérieure. Certains affirment que c'est Saint Patrick qui en a apporté le procédé. Par la suite le whisky a été apporté sur le Nouveau Monde, notamment aux États-Unis et au Canada. Depuis le début du siècle, des distilleries se sont développées au Japon, puis dans le reste du monde plus récemment. Le nom couramment utilisé pour qualifier le whisky en provenance d'Écosse est scotch whisky, cette appellation est protégée par une loi de 1988, le Scotch Whisky Act, qui stipule que le scotch doit être distillé et vieilli en Écosse. Le texte précise en outre
« Whisky signifie un spiritueux élaboré par distillation d'un moult de céréales qui a été saccharifié par diastase du malt qu'elle contient, avec ou sans ajout d'autres enzymes natuelles, fermenté par l'action de levures, à un degré d'alcool de moins de 94,8 % du volume de manière à ce que le distillat ait un arôme et un goût dérivés des matières premières utilisées ; vieilli pendant au moins trois ans dans des tonneaux en bois d'une capacité n'excédant pas 700 litres »

On distingue en général cinq grandes régions qui produisent chacune des whiskies très reconnaissables :
la vallée de la Spey (Speyside) au nord-est est la région de production la plus importante, et produit des whiskies subtils et raffinés (ex : Glenlivet, Glenfiddish) les Highlands au nord donnent des whiskys plus robustes et affirmés (ex : Glenmorangie) Lowlands au sud Auchentoshan (Old Kilpatrick - Strathclyde)
Bladnoch (Bladnoch - Wigtown) Glenkinchie (Pencaitland - East Lothian)  Inverlen (Dumbarton - Strathclyde) Ladyburn (Girvan - Ayrs) Littlemill (Bowling - Dunbarton) Rosebank (Falkirk - Stirling) les Îles offrent des whiskies très typés.

reportage PdC
copyright 2006 - Texte et Photos MILEPAT PRODUCTION LE CROISIC - Courriel : mileprod@wanadoo.fr

Dégustation
Le whisky se consomme seul, pour les cocktails utilisez les blends. Pour apprécier pleinement le goût d'un bon whisky, on déconseille généralement d'y ajouter des glaçons. En effet, ceux-ci en fondant dénaturent les arômes. De plus, le froid anesthésie les papilles gustatives. Il est en revanche possible, voire recommandé dans certains cas, d'allonger son whisky avec un peu d'eau (juste quelques gouttes). L'idéal serait l'eau de la source de la distillerie, mais celle-ci étant rarement accessible au consommateur, l'eau du robinet (pourvu qu'elle n'ait pas de goût) convient tout à fait. Les connaisseurs affirment que cette adjonction permet de libérer les arômes. La quantité d'eau à ajouter dépend du whisky : certains doivent être dégustés au plus haut degré de confort (environ 43 % d'alcool), d'autres peuvent être allongés jusqu'à 30 degrés. Les premiers sont les whiskies gras et souples, bus généralement en digestifs, obtenus par des distillations lentes et vieillis dans des fûts ayant contenu un vin. Les autres sont les whiskies fumés vieillis dans du bois neuf. Tous les intermédiaires sont possibles avec les assemblages que l'on trouve sur le marché. Il faut donc déterminer soi-même la quantité d'eau optimale en en rajoutant progressivement. Le mélange optimal est obtenu lorsque l'expression aromatique spécifique du whisky dégusté est maximale lors d'une gorgée, sachant que la taille de la gorgée dépend du degré d'alcool (les gorgées d'un whisky moins alcoolisé peuvent être plus importantes sans entraîner de brûlure), et que l'eau modifie la hiérarchie aromatique et l'acidité.

Un verre à dégustation Bien que le verre à whisky traditionnel (le tumbler) soit de forme cylindrique, les connaisseurs recommandent plutôt des verres à whisky en forme de tulipe.

Les principales qualités d'un whisky (force alcoolique, caractère fruité, boisé ou tourbé et âge) peuvent être déterminées par son seul nez (la palette olfactive, la dégustation s'appelle d'ailleurs en anglais nosing).

Les arômes du whisky peuvent être classés en deux catégories :
ceux provenant du processus d'élaboration ; céréales, fruités,
tourbés, fumés, marins ;
ceux provenant du vieillissement ;
boisés, épicés.
La dégustation se décompose généralement en trois phases :
le nez est une première approche des différents arômes ;
la bouche l'attaque en bouche permet de distinguer les whiskys gras des secs et de comparer les saveurs fondamentales à l'approche olfactive,
le milieu de bouche est l'occasion de détailler les qualités du whisky. Si elles se renforcent, il est dit linéaire ; si elles évoluent, il est qualifié de complexe ;
la finale permet d'apprécier la longueur du whisky, et le retour de nez. Une fois le verre fini , d'apprécier les arômes des extraits secs qui peuvent révéler encore d'autres richesses.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Padraig De CHEMOULIN - dans REPORTAGE
commenter cet article
5 septembre 2006 2 05 /09 /septembre /2006 15:19
41ème Festival d’Evron
Le top du bétail se trouve en Mayenne
C’était le week-end dernier la 41ème édition du Festival d’Evron, une manifestation importante, l’une des toutes premières de l’hexagone, tant par la quantité de bêtes à viande présentées que par la qualité. Evron, ville de 8 000 habitants est positionnée depuis de longues années comme l’une des plus dynamiques du département de la Mayenne, sa renommée n’a d’ailleurs pas de frontière puisque que par le jeu des jumelages, des liens puissant ont été patiemment tissés du temps du sénateur Raoul Vadepied, un homme qui a fortement marqué son temps.
 
 
 
 

 Un Festival, baromètre de l’économie locale
Evron, c’est un marché significatif qui permet de jauger de la place que peut encore occuper l’élevage. Ici on donne dans la qualité, le savoir faire se fait savoir dans le cadre du festival conformément au slogan « la Mayenne est fière de son agriculture » et l’on peut y ajouter que cela est parfaitement justifié d’après ce que l’on a vu pendant trois jours (1er, 2 et 3 septembre) Ici on peut sans coup férir parler de passion et d’engagement pour le terroir qui « développe de nombreux atouts » comme l’ont précisé tour à tour les anciens ministres Jean Arthuis ( Sénateur,  président du Conseil Général) et François d’Aubert, le maire de Laval, Président du Label bœuf fermier du Maine
De nombreuses personnalités étaient présentes : André Rocton, maire d’Evron successeur de Michel Nicolas décédé en janvier dernier, Bernard Plet créateur de ce festival , le Dr Bedouet l’actuel président, de nombreux élus et personnalités de la vie économique, les corps constitués et les services de l’Etat.
Tous ont reconnu le niveau exceptionnel des animaux présentés, 450 bêtes sélectionnées représentatives d’une conception de l’élevage qui est pratiqué ici et dans la région et qui s’appuie sur l’excellence.
Ainsi que l’a souligné Bernard Plet, l’homme sans qui rien ne serait arrivé, « Ici on aime le pays, on valorise le terroir et on fait le métier avec amour. Que va devenir l’élevage dans l’avenir, les jeunes sont souvent par nécessité, à la recherche d’une rentabilité rapide alors qu’il faut du temps, de la patience pour sortir un produit de haute qualité, nos anciens l’ont toujours su, ils s'efforcent de continuer encore dans cette voie »
 

Terre fertile donne de grands hommes
 
Mais le salon était endeuillé par la disparition soudaine au début de l’année de Michel Nicolas, maire et conseiller général. L’homme qui jouissait de l’estime de la population a hérité de la charge de la commune d’Evron, une charge alourdie encore par la forte personnalité de Raoul Vadepied, un personnage d’exception, proche d’Olivier Guichard, l’un des géants de notre histoire commune.
Chacun  se souvenant que les deux maires d’Evron ont eu chevillé au corps et à l’âme le sens du service public et l’amour de leur terre, ils ont joué sans aucun doute un rôle décisif dans le positionnement d’Evron et du pays des Coëvrons, ils ont développé, chacun à leur tour, un projet collectif qui en apportant une forte valeur ajoutée aux activités locales a profité à l’économie de toute une région.
Il ont été comme le dit Gilles Allard dans son ouvrage consacré au sénateur Vadepied « Les faiseurs de la Mayenne »

Des prix, des médailles et un champion
 
Qui dit festival dit aussi concours, médailles et distinctions. Les bêtes faisant l’objet de transactions parfois discutées sur la longueur. Nous l’avons dit, quatre cent cinquante bêtes étaient exposées, le taux de vente a atteint 93 %, les éleveurs reconnaissant qu’ils étaient satisfaits sur les prix. On sait aussi que le prix moyens d’achat s’est situé entre 5 et 6, 60 € le kilo (pour les femelles). Les champions étant eux à 6,30 € (mâle) et 8,85 € (femelle) des prix qu’il faut savoir apprécier d’autant que le marché a été fragilisé quelques années en arrière lors de la crise de la « Vache folle ». Mais comme le disait un éleveur « Nous amenons au Festival nos meilleures bêtes qui ont trente trois mois, avec la sécheresse persistante nous connaissons des problèmes liés au nourrissage, du coup le rapport s’en trouve affecté »
Fini la légende de l’éleveur opulent, le métier subit régulièrement des coups du destin même si la situation tend actuellement à se normaliser et les prix à se stabiliser, seule la foi dans le métier peut emporter les difficultés.
« La Mayenne a des atouts, grâce à votre travail, à votre passion, elle peut tenir son rang » n’ont cessé de répéter à juste titre les politiques.
Races représentées : "Rouge des Prés" et "Charolais". Des reproducteurs "Rouge des Prés", "Charolais", "Limousin" et "Blonde d'Aquitaine" mais également des moutons (plus d'une centaine) de la race "bleu du Maine. Côté exposition : divers matériels et de nombreux exposants dans le grand hall
Cent cinquante éleveurs étaient présents
  
Décorations et samba do Brazil
Deux professionnels ont été distingués : Bernard Bourdoiseau a reçu des mains du sénateur Jean Arthuis, l’ordre national du mérite agricole avec le grade de chevalier, Jean Yves Renard, président délégué du festival, Président national des concours de viande a reçu également du sénateur Jean Arthuis la médaille d’officier du mérite agricole. Deux récompenses pour deux hommes représentatifs des forces vives de nos terroirs.

Pays invité au 41ème festival, le Brésil avait délégué un groupe de samba très coloré. Ambiance garantie, rythmes saccadés et tenues multicolores ont largement rempli leur rôle. Pas si décalé que cela la samba au pays de l’élevage et du travail bien fait, seulement un peu d’exotismes comme Evron aime à le pratiquer puisque la ville du sénateur Vadepied s’est longtemps frotté aux rythmes africains de la ville de Lakota (Côte d’Ivoire) sa jumelle !
 
Remerciements : aux élus d’Evron et d’ailleurs, à messieurs les ministres Arthuis et d’Aubert, à Bernard Plet créateur du festival, aux officiels, éleveurs et exposants, aux collègues journalistes et correspondants de presse, à mon ami Marcel, photographe témoin amoureux de sa ville et de sa région, à Gilles mon précieux guide et ami… leur accueil chaleureux m'inspire cette phrase
« la Mayenne n’est pas qu’un département travailleur c’est aussi un département beau et accueillant, on s’y sent très vite chez soi. »
Copyright 2006 – Mileprod –  ReportageTexte et photos Patrick Lehmann – lehmannpatrick@wanadoo.fr

TOUTES LES NEWS - Mercredi 6 septembre 2006 - 8 h 00
Ségolène – Jospin : le match commence - Général
En confirmant, en cette rentrée scolaire, son idée de mettre un éducateur-animateur dans les classes difficiles, chargé de maintenir l’ordre pendant que le prof fait son cours, Madame Royal marche sur un champ de mines et risque de ce mettre à dos un électorat absolument indispensable si la gauche veut passer : l’éducation nationale.
Cela, Lionel Jospin l’a bien compris, déclarant hier matin sur France Inter que jamais un prof « normal » ne pourrait accepter une telle situation. On a de plus en plus le sentiment que c’est sur le terrain de l’éducation que Jospin pourra attaquer Ségolène Royal.

Hier, Madame Royal a abattu la carte scolaire, cette fameuse « carte » qui oblige les familles à scolariser leurs enfants dans un établissement proche de leur domicile, provoquant un tollé au PS. Si le premier secrétaire du PS, François Hollande, a immédiatement rappelé que "dans le projet socialiste, il n'est pas question et il ne peut être question de supprimer la carte scolaire", entrant en contradiction avec sa compagne, Ségolène Royal a explicitement proposé de « desserrer la contrainte », allant jusqu’à souhaiter la suppression de ce dispositif qui nierait la mixité sociale et conduirait à l’augmentation du nombre d’inscription dans le privé.
Faux, reprend Jospin dans un entretien publié ce matin dans le Parisien, chiffres à l’appui. Le nombre d’inscrits dans le privé n’aurait pas augmenté de façon conséquente, restant depuis longtemps un peu en dessous des 20%.

Dernière salve : " ;Laissons à l'éducation son rôle et l'armée le sien", rappelant ainsi que sous son gouvernement, avec la création des emplois jeunes, la question de la violence scolaire avait été traitée de front, et par des moyens appropriés.
En déclarant ne se sentir « ni fatigué ni usé », l’ancien chef de la gauche plurielle, qui aura 70 ans l’an prochain, a déclaré avoir « suffisamment peu servi, ces derniers temps, pour ne pas être usé ». Son premier électorat visé, en tout cas, est clair : dans ce premier round Ségolène – Jospin, ce sont les profs qui trancheront, et l’avantage est, pour le moment, pour Jospin.
On attend avec une certaine impatience que l’ancien Premier ministre développe ses idées sur l’emploi, une priorité pour les cinq prochaines années : "S'agissant des salaires, il y a des marges pour discuter puisqu'il y a des marges pour des salaires exor bitants". Le deuxième round semble amorcé, stock options et bas salaires sur le tapis.

Villepin promet un examen au cas par cas du remboursement de la prime pour l’emploi - Général
Alors que le Premier ministre et le Président de la République remontent doucement dans les sondages, Dominique de Villepin a dû calmer le tollé provoqué par l’annonce du remboursement par 250 000 chômeurs du trop perçu de prime pour l’emploi. Le Premier ministre a demandé à son ministre du Budget, Monsieur Coppé, de mener cette affaire au cas par cas. Du coup, presque la moitié des chômeurs concernés ne devrait rien rembourser. Des délais de paiements seront aménagés pour l’autre moitié.

Le Petit Robert 2007 risque le "coup de torchon" - Général
La définition du mot « colonisation » du Petit Robert (« Coloniser un pays pour le mettre en valeur, en exploiter les richesses ») est dénoncée par le Mrap (Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples). Le secrétaire général de l’association, Mouloud Aounit, s’insurge devant une telle « provocation » de la part des éditeurs du dictionnaire qui « persistent et signent » une définition mettant, selon lui, en avant les bienfaits de cette période. Mouloud Aounit incite donc au boycott du Petit Robert par un maximum de personnes, en particulier les enseignants et les parents qui se doivent d’éviter « l’influence » de cette définition « sournoise et insidieuse ». Le secrétaire général rappelle que Jacques Chirac avait abrogé l’article 4 de la loi du 23 février 2005 qui évoquait le « rôle positif » de la colonisation. L’association exige le retrait du commerce du Petit Robert 2007.

Les grandes lignes du projet de la réforme de la Justice - Général
Hier, le gouvernement a déposé son projet de réforme de la Justice au Conseil d’Etat. Il devrait être discuté à l'Assemblée cet automne. Le budget de cette réforme, qui intervient après le scandale d’Outreau, se monterait à 33 millions d’euros, selon le ministère. En voici les principales mesures :

- Les juges travaillant seuls pourront être sanctionnés pour ne pas avoir suivi la procédure pénale ou civile (ex : pour n’avoir pas respecté la présomption d’innocence). Les peines pourront aller jusqu’à 5 ans d’interdiction d’exercice. Dans les affaires lourdes, le projet de réforme prévoit une co-saisine de deux juges.

- Grande innovation, dès 2008, le juge d’instruction aura la possibilité de demander l’enregistrement audiovisuel des témoins, auditions, et interrogatoires, ainsi que l'enregistrement obligatoire de l’interrogatoire en commissariat lors d’affaires criminelles (c’est-à-dire environ 30 000 sur les 400 000 gardes à vue annuelles).

- Le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), chargé d’avancer et/ou de sanctionner les juges sera réformé : il y aura désormais dans cet organe une majorité de membres non-magistrats désignés par les Présidents de la République, de l’Assemblée et du Sénat.

- Pour réduire le temps des détentions provisoires (qui pouvait aller jusqu’à 3 ou 4 ans comme on l’a vu a vec l’affaire d’Outreau), un examen public des dossiers est prévu au bout de six mois de prison.

- Le médiateur de la République pourra être saisi par certains justiciables se sentant injustement traités. Le médiateur doit transmettre au ministre de la Justice les plaintes qui lui semblent fondées.

Le Tribunal électoral du Mexique rend la victoire de Felipe Obrador officielle - International
Alors qu’au lendemain des élections du 6 juillet 2006, le candidat socialiste Felipe Calderon a été donné vainqueur, cet été le Mexique est resté suspendu au recomptage de 9 % des suffrages. Suite à l'annulation de plus de 200 000 voix contestées, le 28 août, c’est le candidat de droite, Felipe Obrador qui a été annoncé vainqueur avec 0, 56 % d’avance sur Calderon. Cette victoire d’Obrador a été confirmée hier par le Tribunal électoral du Mexique. Depuis le 30 juillet, Felipe Calderon et ses partisans occupent la place du Zocalo à Mexico. Ils protestent contre la victoire de la droite et proclament un gouvernement parallèle.

UK : Le Sun annonce un successeur pour Blair en juillet - International
Le tabloïd anglais (3,3 millions d’exemplaires tirés quotidiennement) The Sun annonce ce matin en couverture que Tony Blair devrait quitter la présidence du parti travailliste pour le dixième anniversaire de sa première élection, en mai prochain: "Blair will quit … on May 31th 2006" (Blair va partir.. le 31 mai 2006). . Et son successeur à la tête du gouvernement devrait être désigné le 26 juillet, toujours selon le Sun. Mais le tabloïd ne cite pas ses sources. Seule une poignée de proches de Blair serait au courant. Encore dimanche dernier, le Premier ministre avait refusé de divulguer son calendrier de départ au Times. L’annonce sera probablement officialisée, voire corrigée, au congrès du parti travailliste qui doit avoir lieu à Manchester à la fin de ce mois.

Bagdad : 8morts et 38 blessés à la voiture piégée - International
Ce matin, huit personnes ont trouvé la mort dans un double attentat à Bagdad, et 38 autres ont été blessées. Une première détonation (une voiture piégée actionnée à distance) a été suivie d’une deuxième, qui s’est produite alors que les forces de l’ordre isolaient l’emplacement de l’attaque. Cette deuxième bombe n’a pas fait de victimes.

Petits potins People

Jennifer Lopez : La chanteuse et actrice a décidé de ne pas jouer Sue Ellen dans l’adaptation ciné de Dallas. Elle a claqué la porte et abandonné John Travolta, alias JR Ewing dans le film.

Jodie Foster : Les habitants de l’immeuble qu’elle habite à New-York aimeraient qu’elle déménage ! Depuis qu’elle a acheté son appartement, il y a trois ans et demi, elle tourne le dos aux gens qui la saluent… comme si elle avait peur d’entrer en contact avec eux.

Albert II de Monaco : Il assure ne pas avoir de projet de mariage dans un avenir proche ou lointain. Il a coupé court aux rumeurs qui le voyaient déjà ma rié avec Charline Wittstock, une nageuse de 28 ans avec laquelle il s’affiche depuis six mois.

Virginie Efira : Elle est pressentie pour incarner l’héroïne du prochain téléfilm de M6 intitulé ‘’Un amour de fantôme ''
Repost 0
Published by Padraig De CHEMOULIN - dans REPORTAGE
commenter cet article
28 août 2006 1 28 /08 /août /2006 09:38
Vieux métiers de la mer
Les animations traditionnelles ont le vent en poupe

Les vieux métiers de la mer ont drainé tout l’été une foule importante, l’ultime représentation de ce vendredi 1er septembre vient conclure la saison estivale et confirme le succès des animations qui traitent des traditions locales.

Les vieux métiers de la mer, c’est un peu l’indicateur précieux pour évaluer la fréquentation de la station, dire que le baromètre a toujours été au beau fixe ne serait pas exact mais chaque représentation donnée sur la place Dinan se déroulant le vendredi, la mesure est juste pour remarquer qu’il y aura eu cette année une forte fréquentation le week-end, la semaine étant un peu en dessous de ce qui était constaté les années précédentes en terme de fréquentation. C’est un été en demi teinte qui s’achève avec cependant les points forts habituels ; 14 juillet et 15 août tiennent la tête, tout comme les campings (complets) mais il est constaté une baisse de la consommation ainsi que l’apparition de nouvelles pratiques dont les choix de dernière minute quand aux destinations, des habitudes nouvelles comme les départ de week-end tout au long de l’année et les petites vacances ont certainement une incidence sur le rendement de l’été.

Quand aux vieux métiers, c’est confirmé, c’est l’une des animations principales de la station avec le spectacle historique, à elles deux elles se taillent la part du lion et défendent les couleurs d’une cité de caractère qui possèdent des traditions fortes et une histoire qui séduit.

Utile : les vieux métiers de la mer, sur la place Dinan de 18 h à 20 h accès libre et gratuit – diverses animations et stands, musique et folklore, restauration sur place.


Ensemble paroissial saint Yves de la Côte Sauvage
Arnaud de Guibert quitte la côte d’amour

Arrivé il y a quatre ans sur la côte sauvage, le père Arnaud de Guibert avait pour tâche d’accompagner les jeunes du canton « La vie est devant eux plus encore que devant nous, être éducateur dans la foi c’est aider les jeunes à découvrir qu’ils peuvent donner et recevoir beaucoup, et souvent tellement plus que la société ne leur propose. Mais il faut aussi accepter que le jeune s’enferme parfois dans des impasses, c’est douloureux pour les parents comme pour le prêtre » Leçon de vie, rechercher le sens profond de la vie et ne pas seulement S’accommoder du destin, Arnaud de Guibert aura été pendant tout son séjour sur la côte l’animateur apprécié de tous, dans le cadre de la « Fraternité saint Goustan » il a proposé aux jeunes en les associant de nombreux projets dont des camps et deux séjours dans l’atlas marocain, des expériences incomparables dont chacun se souvient.

L’homme d’église était aussi une personnalité parfaitement intégrée au milieu maritime, sa compagnie était fortement appréciée de tous, pas uniquement des catholiques pratiquants. Il se rend à Derval, dans un autre cadre, pour une mission différente « J’ai beaucoup apprécié ce séjour passé sur la côte avec ce que nous avons pu réaliser pour les jeunes et surtout avec eux »

Repost 0
Published by Padraig De CHEMOULIN - dans REPORTAGE
commenter cet article
18 août 2006 5 18 /08 /août /2006 07:29
agence photo et reportage-  correspondance de Presse -
pour contacter cliquer sur ce logo
MILEPROD - LE CROISIC


L'école de la mer, l'école de la vie
La SNSM forme la relève

C'est la première année de formation qui vient tout juste de s'achever avec les passages récents des permis mer pour les jeunes stagiaires de l'école de la mer. Après une formation soutenue, composée de cours pratiques et pratiques concernant le canotage, matelotage, de navigation et de mécanique mais aussi au balisage et à la sécurité, les élèves âgés de 16 à 18 ans ont bien entendu reçu une formation aux premiers secours, indispensable et se sont imprégné de l'esprit SNSM.

On se souvient que cette idée est partie sur un constat qu'il fallait outre sensibiliser les jeunes sur la question, il y avait également nécessité de prévoir une relève pour les équipes actuellement en place. Le projet défendu pied à pied par Marcel Laurent, - président de la station locale -  a été finalement avalisé par la direction nationale, mieux elle est désormais une sorte de laboratoire et pourra le moment venu être étendue aux autres stations sur différentes régions.

Pour l'heure, c'est la satisfaction de voir, qu'il y a de la part des jeunes une réelle volonté de poursuivre dans cette voie qui les amènera sous deux ans environ à être en position d'intégrer les sauveteurs en mer.

Pour le président Marcel Laurent, il s'agit de révéler des vocations et « Même si tous les stagiaires n'intègrent pas le sauvetage, une démarche citoyenne aura été initiée avec cette formation. Ils pourront agir en tant que secouristes ou être affecté à la surveillance des plages après passage sur une formation complémentaire et communiquer à leurs copains l?utilité d'être formé. »

L?école de la mer bénéficie également de la compétence de Jean Yves Le Dour, l'un des membres de la station, en charge de la formation mais aussi d'intervenant extérieurs, anciens pêcheurs professionnels, Association départementale de la Protection Civile, tous mobilisés pour donner aux stagiaires cette formation qualifiante. Pour le détail, pour être admis à la formation, les jeunes garçons et filles doivent être âgés de 15 à 18 ans, présenter un dossier en demande d'admission avec lettre de motivation, ils seront ensuite tous reçus pour un entretien individuel, la sélection sera close avec un test général. Les jeunes intéressés peuvent donc dès maintenant se préparer pour la prochaine promotion qui devrait intégrer la formation en septembre. Une précision, on peut très bien intégrer la formation à tout moment.

« Celui qui renonce à devenir meilleur cesse d'être bon » c'est la devise de Marcel Laurent qui a eu le mérite d?avoir lancé une grande idée « La balle est dans le camp des jeunes qui sont motivés par ce que nous faisons tout au long de l'année » Belle conclusion qui sera évidemment suivie d'effets.


Utile : pour se renseigner et s'inscrire, s'adresser à marcel Laurent ou Jean Yves Le Dour au point SNSM de l'ancienne criée ou écrire à Monsieur le Président de la station SNSM, Mairie du Croisic Place Donatien Lepré 44490 Le Croisic.

en savoir plus sur la SNSM


La Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) est une association française née en 1967 de la fusion de la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés (créée en 1865) et des Hospitaliers Sauveteurs Bretons (1873). Sa mission première est le sauvetage des personnes en danger en mer. Celui-ci est toujours gratuit, quels que soient les moyens mis en jeu. En revanche, l'assistance aux biens donne lieu à une participation aux frais engagés.

Elle est l'expression de l'esprit d'entraide des marins et participe aux sauvetages en mer ainsi qu'à la surveillance des plages.

Son financement est assuré pour moitié par des subventions publiques (état, région, département et collectivités locales) et est complété par des dons privés (membres de l'association, dons, partenariats).



La SNSM a deux types d'activités :

  • l'assistance aux navires en difficulté (sauveteurs permanents) : 3 500 bénévoles sont prêts à intervenir toute l'année à toute heure ; il s'agit en général de marins professionnels (essentiellement marine marchande et pêche), souvent à la retraite ou en préretraite mais aussi de plaisanciers ; les opérations sont déclenchées par le Cross.
  • la surveillance de plage l'été (maîtres-nageurs sauveteurs) : il s'agit de 1 200 bénévoles ou parfois de vacataires, qui assurent la surveillance des plages et de la bande littorale des 300 m ; ils sont titulaires du BNSSA et en général ont effectué des stages spécifiques.
copyright 2006 - Hippocampe Info 2
Repost 0
Published by Padraig De CHEMOULIN - dans REPORTAGE
commenter cet article