Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : HIPPOCAMPEinfo2
  • HIPPOCAMPEinfo2
  • : TOUTE L'INFO Locale, Nationale et Internationale. Reportages -
  • Contact

DIVERS

 

soir-sur-les-quais.jpgScan-Lauf-jpg

 

 

Recherche

A la Une!

 Le premier média sur l'info locale
 Votre annonce ou votre publicité sur

"Ensemble, faisons circuler l'Info" "  

« Le savoir faire n’est rien sans le faire savoir »

contact téléphonique : 06 27 22 74 28

site  de Milepat Production : http://mileprod.over-blog.com
(pour nous contacter cliquer sur le bandeau)
entreprise individuelle SIRET n° 332 893 635 00059 code APE 7021Z

Les bonnes adresses au Croisic 

cliquer sur les liens 

 

Les saveurs de la mer, au cœur du centre historique  

 

Milepat Production Le Croisic "Votre communication sur mesure" :

 MAQUET~2 MAQUET~2 (cliquer sur le lien)

 

 

 

Communiqués

Carnaval : venez nous rejoindre

La ville invite tous ceux qui souhaitent à rejoindre les carnavaliers déjà inscrits pour le carnaval du Croisic le samedi 14 avril au soir pour le bal et le dimanche 15 avril pour le défilé sur les quais. Pas de thème imposé, costumes libres, chars acceptés avec enthousiasme. Contact à la mairie Laure Brechet 02 28 56 78 50 ou l.brechet@lecroisic.fr

 

 

 

Promotion de la Ville   

le croisic documentaire le croisic : documentaire copyright Milepat Production

 

(clic gauche pour visionner chaque vue, clic droit pour voir la vue précédente)

le croisic donnez de la hauteur 

Archives

Site à découvrir CAPTAIN MALO


Pour atteindre le site de CAPTAIN MALO cliquer  sur le bandeau
22 avril 2007 7 22 /04 /avril /2007 07:48

ADDEVA 44

« Amplifier l’action pour ceux qui sont victimes de l’amiante »

 

 

 

 

Discours très militant de Roland Hottelard, président de l’association départementale d’aide aux victimes de l’amiante lors de l’assemblée générale qui a réuni près de 300 personnes au Croisic, jeudi 19 avril.

Le président souligne « Les pouvoirs publics et le MEDEF traînent les pieds dans cette affaire. La reconnaissance en responsabilité de l’état comme des entreprises nous mobilisent depuis de nombreuses années.» Avec des résultats probants malgré les difficultés mais qui nécessitent une action de terrain soutenue « Il faudra bien un jour que le procès de l’amiante se déroule » martèle le président  qui s’étonne aussi que le corps médical minimise toujours la dangerosité des plaques pleurales.

Même chose pour ce qui concerne les déchets amiantés « Qui s’accumulent, venant des déconstructions, du déflocage. Nous intervenons sur le sujet car les personnes qui interviennent sur ces chantiers n’ont pas de protections suffisantes. Notre intervention se double d’une demande d’étude de faisabilité pour l’implantation d’un incinérateur haute température pour vitrifier les déchets au lieu de les enfouir. Une idée qui fait encore sourire certains élus »

L’action des antennes locales est déterminante dans le soutien des personnes exposées, à l’image de celle du Croisic qui s’active avec une belle énergie, conseille et apporte une aide aux personnes dans le montage des dossiers « On comptabilise environ quatre mille décès dus à l’amiante dans le pays. On vient d’apprendre officieusement que l’entreprise Eaton vient d’être reconnue par le Tribunal administratif. C’est un espoir pour les 30 personnes contaminées recensées. Il y en a sûrement beaucoup d’autres sachant que ce sont près de 1 000 personnes qui se sont succédées dans cette entreprise » souligne Patrick Hamon , un ancien d’Eaton  qui siège à l’antenne du Croisic.

« Une victoire ? Oui, mais qui peut faire encore l’objet d’un appel ! »

 

Repost 0
Published by Padraig De CHEMOULIN - dans SOCIAL
commenter cet article
13 novembre 2006 1 13 /11 /novembre /2006 12:09
Comité cantonal du Secours populaire
Au cœur de l’action citoyenne et solidaire
L’assemblée générale du comité cantonal (Le Croisic, Batz, Le Pouliguen) du secours populaire qui s’est déroulée le 7 novembre dernier a mis en évidence l’utilité de l’action citoyenne et solidaire dans un monde sérieusement bouleversé par des situations de précarité qui finalement n’épargne personne. Sur le canton du Croisic comme sur tout le territoire, les bénévoles engagés dans la lutte contre la précarité enregistrent une augmentation préoccupante du nombre des personnes en difficultés qui s’adressent à elles.
Le nombre des sans domicile fixe constitue une autre préoccupation d’autant qu’on y trouve parfois des personnes salariées qui ont du mal à trouver un logement ou à assurer les dépenses quotidiennes. Le phénomène des familles monoparentales est sensible, les « accidents de la vie » laissent sur le terrain de la précarité des jeunes comme des personnes plus avancées en âge.
Quelle est la réponse du secours populaire ? C’est une aide qui se démultiplie par le biais de l’épicerie solidaire, les braderies de vêtements et d’objets, le bric à brac et des opérations ponctuelles au moment de Noël ou des vacances, c’est aussi la collecte des denrées alimentaires (surtout des produits de première nécessité) auprès des clients des grandes surface. Le comité soutient aussi, ponctuellement, sur le plan financier, les personnes qui ont du mal à faire face aux échéances courantes et habituelles (factures d’eau, d’électricité…) c’est aussi une aide à la recherche d’emploi. Pour le président jean Louis Grossard « Il y a un besoin fort d’engagement solidaire pour pouvoir faire face à la demande, nous devons être attentifs aux situations délicates, être réactifs quand il le faut. Nous avons de plus en plus de mal à trouver des familles d’accueil pour recevoir des enfants défavorisés en période de vacances » un phénomène qui est récurrent sur tout le territoire selon Christine Perrot qui représentait la fédération « le problème de la responsabilité des adultes vers les enfants et la crainte portée par les affaires médiatisées de pédophilie éloignent les familles de cette volonté d’accueillir »
Le président Jean Louis Grossard a signifié son désir de passer la main pour convenance personnelle « Cela fait cinq ans que j’assume cette charge, j’ai choisi de céder la place » un départ qui pose en effet un problème avec les statuts selon Christine Perrot « Car le comité doit pourvoir très vite au remplacement, faute de quoi son statut de comité pourrait être remis en question, il y a ici une telle volonté, une telle dynamique que ce serait dommage» des propos tempéré par le trésorier Pierre Leberche qui souligne « Que l’on doit pouvoir trouver le successeur chez les membres actuels du comité et dans le cas contraire il faudra qu’une personne nouvelle veuille venir s’impliquer au poste de responsable » la décision sera prise lors de la prochaine réunion du comité.

Le secours populaire en quelques chiffres
Sur le plan national : 98 fédérations, 21 conseils de région, 681 comités dont 19 en Loire Atlantique, 4 000 antennes locales, 1232 permanences d’accueil et 72 000 bénévoles.
Pour le comité cantonal : 25 bénévoles, 10 tonnes de vêtements et 3 000 heures de bénévolat et de multiples actions de solidarité et de soutien

Précarité et solidarité
Les mots pour le dire, un spectacle pour le faire comprendre
Quand les personnes souffrant de précarité s’expriment, il y a matière à écouter voire même à en faire un spectacle. Une initiative est en passe de voir le jour, un spectacle de café-théâtre, fruit d’un partenariat entre le comité cantonal du secours populaire et la troupe croisicaise du Théâtre Ad’hoc, va être produit et proposé au public d’abord au Croisic le 2 et 3 décembre puis à Batz sur mer les 27 et 28 janvier prochains. Les bénéficiaires avec leurs mots, leurs espoirs, leurs envies et leur regard sur la société ont nourri des carnets dont il a fallu extraire les expressions les plus fortes, les mettre en ordre et bâtir un vrai spectacle, former des néophytes au jeu de théâtre. C’est l’histoire de la vie, de celle que tout le monde ne voit pas ou ne ressent pas assez qui va se trouver sur le devant de la scène.
« Une initiative citoyenne, responsable, qui fait la part belle aux mots, aux chansons, aux rencontres qui peuvent parfois inverser le cours des choses. » Le format café théâtre sied à merveille à cette fusion entre la réalité et le plaisir de donner et surtout de comprendre, c’est un spectacle tout en émotion, en gravité en vérité mais aussi en joie de faire et de jouer.
Du reste cette initiative a permis de faire se rencontrer et à échanger des personnes qui ne l’aurait sans doute pas fait autrement, un bel exemple qui motive tous les protagonistes, à noter qu’ils seront dix-neuf sur scène mais que dans les coulisses s’agiteront beaucoup d’autres !
Utile : spectacle « Motamo – matoudi » au Croisic, au Foyer municipal le samedi 2 décembre à 20 h 30 et le dimanche 3 décembre à 15 h 30 – A Batz sur mer, grande salle de l’Espace Petit Bois, samedi 27 janvier 20 h 30 et dimanche 28 janvier à 15 h 30. Entrées gratuites pour les bénéficiaires et le bénévoles, 5 € pour tous les autres. Les bénéfices du spectacle tomberont directement dans la caisse du Secours Populaire.
Par la suite une tournée sera organisée dans les communes qui accueillent le secours populaire (antenne ou comité)

Repost 0
Published by Padraig De CHEMOULIN - dans SOCIAL
commenter cet article
25 février 2006 6 25 /02 /février /2006 07:56
CHEQUE EMPLOI SERVICE UNIVERSEL
Le chèque emploi-service universel (Cesu) est destiné aux particuliers employeurs et aux familles, afin qu’ils puissent rémunérer à un coût acceptable et sans formalités excessives toutes sortes de services à la personne. Il est mis en circulation à partir du 1er janvier 2006.
Son financement, inspiré de celui du chèque restaurant, solvabilise la demande grâce à des allègements sociaux et fiscaux.
L’offre de services
 
Elle bénéficiera ainsi d’un élan supplémentaire pour un coût inférieur à celui du travail "au noir". A moyen terme, la certification des services, sous l’égide de l’Agence nationale des services à la personne (voir page 11), professionnalisera
les prestations et offrira des débouchés durables. 500 000 emplois pourraient être créés en trois ans.Deux formules coexistent. Le Cesu à valeur prédéfinie est préfinancé par l’employeur privé, public ou associatif. Il est remis aux salariés et à ses ayants droit par l’employeur ou le comité d’entreprise. Le Cesu bancaire permet de payer la prestation d’un organisme, regroupé ou non au sein d’une enseigne nationale, ou de rémunérer directement un salarié. Dans ce dernier cas, l’employeur adresse un volet social au Centre national de traitement du chèque emploi-service universel (CNT-Cesu), qui
calcule les cotisations dues par l’employeur, et en prélève le montant sur son compte bancaire.
Un outil de politique sociale
Grâce à sa fiscalité incitative, les entreprises ou les collectivités publiques pourront faire du Cesu un outil de leur politique sociale. Les entreprises distribuant un Cesu préfinancé à leurs salariés bénéficient d’un crédit d’impôt de 25% sur les aides versées : 100 euros versés ont un coût net de 42 euros. Les aides de l’employeur ne sont soumises ni à cotisations sociales, ni à l’impôt sur le revenu, dans la limite de 1 830 euros par an et par bénéficiaire. Les particuliers peuvent déduire de l’impôt sur le revenu jusqu’à 50% des dépenses engagées. Les familles faisant garder les enfants âgés de moins de six ans bénéficient depuis 2005 d’un crédit d’impôt de 25% des sommes versées à des assistantes maternelles ou à un établissement agréés. Enfin, les communes et les centres communaux ou intercommunaux d’action sociale pourront régler avec le CESU préfinancé des prestations permettant le maintien à domicile des personnes fragiles. Les Conseils généraux pourront l’employer également pour l’allocation personnalisée d’autonomie (Apa) et la prestation de compensation du handicap.
Parcours professionnel reconnu
La qualité des prestations offertes sera garantie par un agrément, attribué en fonction d’un cahier des charges élaboré par l’Agence des services à la personne. Cet agrément, délivré après certification de la prestation (normes Afnor ou Qualicert), vise à favoriser, à moyen terme, la professionnalisation du secteur, l’amélioration du statut des salariés et la reconnaissance de leur parcours professionnel. La professionnalisation passe aussi par la création de filières d’enseignement des techniques de gestion et de sociologie familiale.
 
Repost 0
Published by PL - dans SOCIAL
commenter cet article