Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : HIPPOCAMPEinfo2
  • HIPPOCAMPEinfo2
  • : TOUTE L'INFO Locale, Nationale et Internationale. Reportages -
  • Contact

DIVERS

 

soir-sur-les-quais.jpgScan-Lauf-jpg

 

 

Recherche

A la Une!

 Le premier média sur l'info locale
 Votre annonce ou votre publicité sur

"Ensemble, faisons circuler l'Info" "  

« Le savoir faire n’est rien sans le faire savoir »

contact téléphonique : 06 27 22 74 28

site  de Milepat Production : http://mileprod.over-blog.com
(pour nous contacter cliquer sur le bandeau)
entreprise individuelle SIRET n° 332 893 635 00059 code APE 7021Z

Les bonnes adresses au Croisic 

cliquer sur les liens 

 

Les saveurs de la mer, au cœur du centre historique  

 

Milepat Production Le Croisic "Votre communication sur mesure" :

 MAQUET~2 MAQUET~2 (cliquer sur le lien)

 

 

 

Communiqués

Carnaval : venez nous rejoindre

La ville invite tous ceux qui souhaitent à rejoindre les carnavaliers déjà inscrits pour le carnaval du Croisic le samedi 14 avril au soir pour le bal et le dimanche 15 avril pour le défilé sur les quais. Pas de thème imposé, costumes libres, chars acceptés avec enthousiasme. Contact à la mairie Laure Brechet 02 28 56 78 50 ou l.brechet@lecroisic.fr

 

 

 

Promotion de la Ville   

le croisic documentaire le croisic : documentaire copyright Milepat Production

 

(clic gauche pour visionner chaque vue, clic droit pour voir la vue précédente)

le croisic donnez de la hauteur 

Archives

Site à découvrir CAPTAIN MALO


Pour atteindre le site de CAPTAIN MALO cliquer  sur le bandeau
21 mars 2007 3 21 /03 /mars /2007 08:59
Interpeller les candidats sur les conflits au Darfour Général

Les associations Urgence Darfour et SOS Darfour ont organisé un meeting, hier soir à Paris. Leur but ? Faire réagir les candidats à la présidentielle en ce qui concerne le conflit au Darfour, une région de l’Ouest du Soudan, qui depuis quatre ans a entraîné la mort de plus de 200.000 personnes. Les membres des associations déplorent, en effet, que les sujets internationaux ne soient pas abordés par les candidats en campagne. « Il n'y a eu que des déclarations vagues de compassion jusqu'à maintenant. Le temps de la compassion est fini, il y a urgence à agir maintenant », indique le président d’Urgence Darfour qui insiste sur le fait que la France a « une responsabilité particulière ». Dernièrement, la France s’est opposée à des sanctions européennes lors du conseil des ministres des affaires étrangères de l’Union européenne.

Dans un message lu lors du meeting, Jacques Chirac a déclaré ressentir "le besoin d'une action internationale plus puissante".

Repost 0
Published by Padraig De CHEMOULIN - dans POLITIQUE INTERNATIONALE
commenter cet article
19 juin 2006 1 19 /06 /juin /2006 07:29

Cheville ouvrière de l’animation touristique
Jacques Monnier tire sa révérence
Homme incontournable de la cité portuaire, Jacques Monnier, ancien pilote de ligne et animateur émérite de la vie locale, tire sa révérence pour raisons personnelles.
L’œil tout de même un peu humide, il laisse un bilan flatteur et une présence qui n’est pas prête à s’estomper
.


Photo : de gauche à droite Jacques Monnier, Marie-Christine Livrinec (qui succède à Jacques Monnier à l’organisation et à la présentation des conférences) et Jean Auffret co-fondateur des conférences « Les vendredis du Croisic

Homme de toutes les aventures humaines, l’ami Jacques comme tout le monde l’appelle au Croisic, a beaucoup voyagé avant de poser sac à terre dans la cité Guérandaise. Pourtant, de voisin, cet innovateur n’a pas résisté au coup de foudre pour la cité corsaire. Lui qui a survolé le monde entier aux commandes des meilleurs avions de ligne, qui a contribué au développement des principales lignes aériennes sur le continent africain a définitivement succombé devant les charmes riches et variés de l’histoire locale.
Appelé par Alain Mahé alors président de l’Office de tourisme au début des années 80 pour mettre en place le son et lumière, il prit la présidence de l’OTSI en 1986, poste qu’il transmit en 1993 à l’actuel président Gérard Lemerle. Mais c’était mal le connaître que de penser qu’il puisse ainsi tourner le dos au Croisic ; devenu président honoraire, l’homme s’est attelé à mettre au point et à mener tout droit au succès des manifestations devenues de grands rendez-vous culturels : les vieux métiers de la mer (sur une idée de Stéphane Auffret) continuent d’occuper la pôle position des animations estivales avec des bénévoles passionnés et passionnants, les conférences des vendredis du Croisic avec son complice Jean Auffret, une autre manifestation culturelle devenue institution, qui ont accueilli 159 conférences sur 14 ans avec toujours le même succès et la même fidélité du public ; et puis toute nouvelle animation : les plus beaux sermons qui d’entrée ont raflé la mise avec un public enthousiaste.
Dans toutes ces initiatives, Jacques Monnier a voulu créer une dynamique et une équipe, il a su en homme passionné convaincre et entraîner avec lui des bénévoles ainsi que les structures locales comme l’office municipal de la culture et bien sûr l’Office de tourisme. Mais cet hyperactif a aussi eu à gérer dans la discrétion des problèmes de santé dont il ne se plaint jamais, membre du Lion’s Club il sait bien ce que servir veut dire, être efficace c’est pour mieux faire réussir la collectivité, ce principe jamais il ne l’a transgressé. Ce qui fait dire à tout ceux qui le fréquente, que Jacques peut bien prendre du recul, il est une place qu’il ne laissera jamais vacante c’est celle du cœur.

Un bel exemple qui montre que l’homme des hauteurs est aussi un homme de racines.
On le reverra traîner ici et là, jeter un œil sur ses bébés qui figurent en bonne place pendant l’été.
»

PdC

Repost 0
Published by Padraig De CHEMOULIN - dans POLITIQUE INTERNATIONALE
commenter cet article
15 avril 2006 6 15 /04 /avril /2006 04:08

VERS UN CONFLIT ARME ENTRE LES E.U. ET L’IRAN ?

A en juger par l'évolution des événements, une guerre entre les Etats-Unis et l'Iran semble, malheureusement, inévitable. Chacun peut avoir un avis différent et continuer à espérer que la situation s'améliorera, mais l'espoir s'estompe devant la logique

Il est difficile d'interpréter le comportement des Etats-Unis et de l'Iran autrement que comme la préparation psychologique d'une guerre. Les Américains multiplient les déclarations de plus en plus agressives, l'Iran effectue de grandes manoeuvres dans le détroit d'Ormuz, en montrant sa puissance militaire à tout le monde. Il est également incontestable que chacune des parties considère son adversaire comme le mal universel et la source principale de danger pour ses valeurs spirituelles, idéologiques et politiques. Tous les appels raisonnables à la paix lancés par la communauté internationale sont totalement méprisés, bien qu'on y prête l'oreille de manière formelle. Cela prouve de nouveau implicitement que, pour les deux parties, la confrontation est une affaire décidée. Pour exister, les deux ont besoin d'une percée qualitative.

Malheureusement, les Etats-Unis et l'Iran ont en vue non pas une percée intellectuelle ou morale, mais uniquement militaire.

Après avoir remporté une victoire formelle en Afghanistan (où prévalent toujours la charia et le trafic de drogue, où la démocratie n'existera que sous une forme indigène des siècles durant) et s'étant enlisés en Irak, les Etats-Unis jugent important de confirmer leur rôle de superpuissance. Cependant, des doutes sont déjà apparus et ils se répandent. L'image internationale des Etats-Unis est mauvaise comme jamais, le peuple américain se souvient de plus en plus souvent du Vietnam. Au cours d'un récent référendum dans l'Etat du Wisconsin, sans valeur juridique il est vrai, 61% des participants se sont prononcés pour le retrait immédiat des troupes d'Irak. Il y a néanmoins, comme l'estime la Maison Blanche, des raisons d'attaquer.

En tout cas, Washington les considère comme valables. Si le mensonge éhonté sur l'existence d'armes de destruction massive en Irak a été suffisant pour faire irruption dans ce pays, pourquoi donc, dans le cas de l'Iran, les soupçons sur l'intention de développer des armes nucléaires seraient-ils insuffisants? D'ailleurs, les Iraniens font sans cesse des déclarations provocatrices et profèrent des menaces à l'adresse d'Israël. Pour lancer des opérations militaires, les Américains ont avancé parfois des arguments encore moins convaincants.

Enfin, la lutte contre l'Iran s'inscrit dans la doctrine présentée par George Bush au début de son deuxième mandat présidentiel, doctrine qui vise à "déraciner la tyrannie" dans le monde entier. Le régime des ayatollahs à Téhéran est, pour lui, une tyrannie classique et l'opinion du peuple iranien à ce sujet lui importe peu.

En ce qui concerne l'Iran, il considère les Etats-Unis comme une barrière à surmonter, sans quoi il ne pourrait plus avancer. Pour devenir un pays moderne, l'Iran a besoin de l'énergie nucléaire. En principe, cet objectif peut être atteint par la voie pacifique, légale, mais les ambitions iraniennes vont effectivement, semble-t-il, bien plus loin. Pour acquérir une véritable souveraineté et une influence supplémentaire dans le monde arabe, Téhéran a besoin de la bombe atomique. Pour renforcer les positions de ses leaders spirituels chiites dans le monde islamique, l'Iran doit être indestructible et avoir les positions fermes d'un leader au Proche-Orient. C'est alors seulement que pourrait exister une chance (théorique) que d'autres pays islamiques le suivent. Mais les Etats-Unis l'empêchent d'atteindre cet objectif.

On peut citer d'autres arguments prouvant qu'une confrontation est inévitable, mais, à mon avis, les arguments avancés sont suffisants. Dans ce contexte, tous les efforts déployés par l'ONU, l'Europe occidentale, l'AIEA et la Russie qui a maintes fois mis en garde contre le danger d'une nouvelle aventure américaine ne suffisent malheureusement pas pour prévenir la confrontation, dont les conséquences seront amères, et pas seulement pour ses participants directs. Au cours de son récent séjour à Berlin, le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov a répété une fois de plus: "Nous n'estimons pas que les menaces et la pression puissent donner de résultat positif". Mais il est peu probable que ses recommandations soient accueillies comme il se doit à la Maison Blanche.
Il en découle une question fatale: quand? A mon avis, le délai peut être déterminé approximativement.

Tout d'abord, cela peut arriver avant la fin de cette année. Ce délai maximal est déterminé par le calendrier politique électoral des Etats-Unis et les perspectives du parti conservateur auxquelles, naturellement, la Maison Blanche n'est pas indifférente. Quant à Bush-fils, il ne voudrait pas rester dans l'histoire comme un "looser". Pour gagner la course présidentielle, les conservateurs ont besoin non seulement d'une guerre, mais aussi de succès spectaculaires, surtout en toile de fond des revers essuyés en Irak. Et tout cela prend du temps.

D'autre part, les délais minimaux sont déterminés par toute une série de circonstances d'ordre aussi bien militaire que politique. Cette fois il est vrai, il s'agit du facteur politique extérieur.
En ce qui concerne l'aspect militaire, n'étant pas un expert en la matière, je ne peux que supposer ce qui est évident. Premièrement, toute guerre nécessite une préparation. Deuxièmement, les Etats-Unis doivent assurer leurs arrières en Afghanistan et en Irak, en bénéficiant de l'aide de leurs alliés.
Quant à la politique étrangère, on peut supposer que les ennuis auxquels se sont heurtés les Etats-Unis en occupant l'Irak sans mandat de l'ONU seront minimisés par Washington autant que possible. Autrement dit, Washington s'efforcera de s'attirer, dans le problème iranien, le soutien de l'Europe occidentale et, bien entendu, de Moscou et Pékin, membres permanents du Conseil de sécurité.

L'objectif immédiat des Américains est d'obtenir des sanctions - n'importe lesquelles - contre l'Iran, ce qui signifiera automatiquement, pour Washington, que la justice est de son côté.
Ce n'est qu'après avoir épuisé toutes les possibilités dans ce domaine et essuyé un échec que les Etats-Unis se décideront à agir en contournant le droit international. Les critiques ne manqueront pas, mais, cette fois, la Maison Blanche aura la possibilité formelle de dire: nous avons fait tout notre possible en vue de parvenir à une entente.
Repost 0