Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : HIPPOCAMPEinfo2
  • HIPPOCAMPEinfo2
  • : TOUTE L'INFO Locale, Nationale et Internationale. Reportages -
  • Contact

DIVERS

 

soir-sur-les-quais.jpgScan-Lauf-jpg

 

 

Recherche

A la Une!

 Le premier média sur l'info locale
 Votre annonce ou votre publicité sur

"Ensemble, faisons circuler l'Info" "  

« Le savoir faire n’est rien sans le faire savoir »

contact téléphonique : 06 27 22 74 28

site  de Milepat Production : http://mileprod.over-blog.com
(pour nous contacter cliquer sur le bandeau)
entreprise individuelle SIRET n° 332 893 635 00059 code APE 7021Z

Les bonnes adresses au Croisic 

cliquer sur les liens 

 

Les saveurs de la mer, au cœur du centre historique  

 

Milepat Production Le Croisic "Votre communication sur mesure" :

 MAQUET~2 MAQUET~2 (cliquer sur le lien)

 

 

 

Communiqués

Carnaval : venez nous rejoindre

La ville invite tous ceux qui souhaitent à rejoindre les carnavaliers déjà inscrits pour le carnaval du Croisic le samedi 14 avril au soir pour le bal et le dimanche 15 avril pour le défilé sur les quais. Pas de thème imposé, costumes libres, chars acceptés avec enthousiasme. Contact à la mairie Laure Brechet 02 28 56 78 50 ou l.brechet@lecroisic.fr

 

 

 

Promotion de la Ville   

le croisic documentaire le croisic : documentaire copyright Milepat Production

 

(clic gauche pour visionner chaque vue, clic droit pour voir la vue précédente)

le croisic donnez de la hauteur 

Archives

Site à découvrir CAPTAIN MALO


Pour atteindre le site de CAPTAIN MALO cliquer  sur le bandeau
21 juin 2006 3 21 /06 /juin /2006 06:38
Le pourridium fait des ravages
Abattage et replantation au Parc de Penn Avel
Seul poumon vert digne de porter ce nom au Croisic, le Parc de Penn Avel racheté il y a deux décennies par le conservatoire du Littoral et confié à la ville, subi une attaque sérieuse du pourridium, un champignon redoutable, ennemi numéro un du chêne vert mais aussi dangereux pour d’autres essences et contre lequel il n’existe aucune parade à ce jour.
Le constat est clair : 200 arbres sont atteints par la maladie, il va donc falloir abattre !
Soucieuse de soigner la communication face à cette affaire qui pourrait émouvoir la population, les services techniques et plus particulièrement les espaces verts municipaux ont tenu une conférence de presse pour expliquer l’action programmée qu’il convient de mener au sein même du Parc.
Le chantier connaîtra plusieurs tranches, le programme va s’étaler sur six ans au cours desquels les arbres malades seront abattus en même temps que sera entrepris un nettoyage du sous-bois et un élagage des sujets préservés. En ligne de mire, les cupressus (certains sont atteints) et certains lauriers-sauce qui gênent considérablement le renouvellement naturel des espèces. En même temps, il est envisagé un remplacement progressif du mobilier, qui sera plus en rapport avec le lieu et avec une conception plus écologique.
Sur un plan pratique et dans un premier temps, c’est l’ouverture de la première tranche ( Budget 24 000 €) de ce gros chantier qui commence avec l’abattage d’une quinzaine d’arbres qui seront remplacés à l’automne dans le cadre d’une opération Verte à laquelle seront associés les scolaires dans un but pédagogique.
Pour ce qui concerne l’élagage des gros sujets, c’est une entreprise extérieure qui va être sollicitée en raison des normes draconiennes de sécurité pour ce type d'intervention.
Enfin, pendant la durée des travaux, le parc reste ouvert au public, les zones concernées seront délimitées conformément à la réglementation.
PdC
Repost 0
Published by De CHEMOULIN - dans REPORTAGE
commenter cet article
4 juin 2006 7 04 /06 /juin /2006 19:06

Deux nouveaux chalutiers au Croisic
Les jeunes patrons font le choix de l’avenir

Nul n’ignore plus les difficultés que connaît le milieu de la pêche professionnel : cours fluctuants, prix prohibitif du carburant, quotas … et pourtant le port croisicais vient d’enregistrer l’arrivée de deux chalutiers, des hauturiers de 18 m commandés par deux jeunes patrons. Ce ne sont cependant pas deux unités de plus pour la flottille croisicaise mais deux bateaux qui compensent une sortie de flotte.

« Le Moorea et le Quentin –Grégoire, deux symboles et un choix sur l’avenir effectué par deux patrons croisicais »

 


Qu’importe ! L’arrivée de deux nouveaux bateaux sortis tout droit des chantiers boulonnais constitue un événement qui a attiré la grande foule pour leur baptême respectif qui s’est déroulé le 3 juin dernier.
Un baptême en grande pompe en présence d’un parterre de personnalités du monde politique, des professionnels, des amis et des invités, animé par une délégation du Bagad de la presqu’île.

 Hugues Autret, président du comité local des pêches et aussi responsable régionale de la profession s’est réjoui du choix de l’avenir des deux patrons croisicais « C’est une merveilleuse note d’espoir malgré la période difficile voire même tendue où se posent beaucoup de questions. C’est déjà un élément de réponse, oui nous aimons notre métier et nous voulons qu’il dure. Il y a aujourd’hui une nouvelle race de pêcheurs, ce n’est plus comme il y a 20 ans, on est soucieux de ce que l’on fait en s’inscrivant dans une pêche durable, nous voulons transmettre le métier à nos enfants » Propos relayés par Christian Canonne, conseiller général « C’est le signe qu’en dépit des doutes, la pêche peut avoir un avenir pourvu qu’il y ait préservation de la ressource. Le Conseil Général a toujours été présent pour le monde maritime, il l’est aujourd’hui et le sera demain » Jean Yves Greleau pour le Conseil Régional a abondé dans ce sens « C’est une satisfaction pour nous tous de voir la concrétisation de dossiers lourds et difficiles. On sait que l’on a raison de se battre pour préserver l’avenir » Enfin, le député maire Christophe Priou a vu dans le baptême des deux bateaux « Un symbole de l’exemplarité du plan qui permet de remplacer une sortie de flotte par la construction d’unités nouvelles. Cela vient après un ralentissement puis l’arrêt de la production d’unités dans la dernière décennie »
Les marins pêcheurs qui effectuent un métier parfois ingrat, ont chevillé au cœur et au corps la passion de leur métier, le défi pour demain est bien la qualité et la sélectivité. La question du tarif du gasoil reste un sujet important qu’il faudra régler tout comme il conviendra d’accentuer une politique audacieuse d’investissement grâce aux Sofipêche (société de financement), tout comme est attendu une déclaration du ministre « Qui doit délaisser le saupoudrage en définissant des axes forts d’actions »

Repost 0
Published by Padraig De CHEMOULIN - dans REPORTAGE
commenter cet article
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 18:56

EXPOSITION  ARTS TEXTILES au CROISIC,
Jacqueline Guillard plébiscitée par le jury

 


 

Image D'archive

Lauréate du concours organisé dans le cadre de l’exposition qui se tient encore ce week-end, Jacqueline Guillard, emporte le premier prix devant cinq autres candidates « Le niveau des personnes inscrites au concours était cette année très relevé. Le jury composé d’artiste renommés a eu du mal à départager les candidates, toutes affichant une technique exemplaire et un choix artistique totalement maîtrisé. Le thème de cette année était « reflets sur l’eau » un sujet propice à la libre interprétation des artistes sachant que nos critères de sélection sont très précis » a déclaré Marie Chantal Boutet devant un large public.


Mais au-delà du concours par ailleurs richement doté, les visiteurs n’en reviennent pas de tant de splendeurs visibles à l’ancienne criée ! « Tous les deux ans vous produisez des artistes et des œuvres de grande qualité mais là, c’est probablement la plus belle édition qu’il m’a été donné de voir » a déclaré le député maire Christophe Priou qui était accompagné de Michèle Coïc, maire adjoint à la culture et présidente de l’Office municipal de la Culture.
Pour celles et ceux qui ne l’ont pas encore vu, l’exposition consacrée aux arts textiles et à découvrir. L’ancienne criée, devenue galerie d’art, donne à cette exposition un cachet très particulier. Plusieurs centaines d’œuvres de dimension différente, rivalisent de beauté. On se prend à rêver devant un tel spectacle, riche de couleurs, les sujets étant multiples, les artistes exposent des œuvres issues de techniques remarquables de précision,. On est ici dans le moindre détail parfaitement exécuté, totalement maîtrisé qui confère à l’œuvre une dimension rarement atteinte. Qu’elle est loin l’origine du patchwork !

 

 

C’était, il y a bien longtemps, un exercice pratiqué par les ménagères les plus démunies pour confectionner, avec quelques bouts de chiffons, pris ici et là, juste ce qu’il fallait pour faire des jetées de lit ou tout autre linge de maison.
Promu nouvel art puis reconnu comme un art réel et authentique, le patchwork mais aussi la dentelle, broderie, boutis, quilting et autres techniques, sont devenus essentiellement des arts passions, nécessitant une approche patiente et une technique très poussée. Du grand art popularisé par quelques grands noms du genre, certaines, à l’image de Michèle Clarès étaient présentes au Croisic!


Ont été distinguées pour leurs œuvres mises en compétition : 1ère jacqueline Guillard pour « Double Je », 2ème Lavigne Goldenberg pour « Merci Mr Osukaï », 3ème Marcelle Orban pour « Le pont de la légende » Egalement distinguées : Christiane Bessonne, Isabelle Desbrest et Patricia Fuentès. 
Le Jury était constitué de personnalités référentes : Mmes Charvet, Buregery, Huet, Campos, Clarès, Maidm

COUP DE COEUR!

Seul homme présent, Daniel Bernard (**), présente l’art texture

Personnage cultivé, passionné et manifestement doté d’une personnalité peu commune, Daniel Bernard a créé l’événement au salon « arts textiles. »
Lui préfère, parler d’art texture, une nuance, et pas simplement orale puisque cet artiste à la dimension internationale, travaille certes avec la matière tissée mais aussi avec le bois,le métal, la résine ; il utilise la couleur sous différentes formes.
Cette pratique d’un art nouveau,sert de niche à des textes écrits sur le support. Des textes poétiques ou philosophiques traduisent l’esprit et la sagesse du moyen orient, la couleur et la volubilité de la méditerranée, les mystères et la subtilité de l’Asie, la folie et l’élégance colorée de Venise et de Vérone… Bref, il s’agit ici d’art total stimulé par une harmonie et un symbolisme flamboyant. Daniel Bernard est ce que tout artiste souhaite devenir une somme de talent, de sincérité et d’expressions, un tout dans la diversité, il pratique avec bonheur les arts graphiques, il est écrivain et auteur. Son univers est complexe et attachant, il fascine par la profondeur de sa démarche...c’est un artiste unique tout simplement.
 
Résidant à Nice, Daniel Bernard est membre du Comité National Monégasque de l’association internationale des arts plastiques auprès de l’UNESCO, il expose dans de nombreux pays et collabore à la conception et à la réalisation de projets dans le domaine de la communication pour des produits et des marques de prestige.

Patrick Lehman - courriel : hippocampeinfo2.over-blog.com


(**) Daniel Bernard - artiste, Ecrivain et Romancier  Atelier à Nice -
Contact : Géraldine Ménard (attachée de presse)

 


 

Le contenu de ces pages (textes, photos, liens, etc.) est protégé au titre de la propriété intellectuelle (marques, dessins, droits d'auteurs, etc.) au bénéfice de leurs créateurs et ayants droits, conformément aux lois applicables. Tous droits réservés.

 


 

Repost 0
Published by PAT.LEHMANN - dans REPORTAGE
commenter cet article
8 mai 2006 1 08 /05 /mai /2006 19:00
REPORTAGE.......
A Batz sur Mer(44), la commémoration de l'Armistice a donné lieu à une reconstitution suivie par un public nombreux. Des G.I'S plus vrais que nature, des véhicules d'époque, des groupes de résistants ont libéré symboliquement la ville!

"Devoir de mémoire mais aussi une passion partagée pour l'histoire du 20ème siècle constituent le point commun qui unit au sein des associations comme "l'assaut de la Poche" des hommes et des femmes de tous âges, nous participons ponctuellement à des cérémonies officielles, cela reforce la symbolique et favorise la connaissance du public sur la dernière grande guerre" explique l'un des participants au convoi du souvenir qui faisait halte sur la côte d'amour après un circuit allant de Herbignac à Batz sur mer en passant par Saint Lyphard et Guérande. Dernière étape de la journée, le Musée du Grand Blockhaus, créé par les frères Brauer qui expose l'une des plus belles collections sur la deuxième guerre mondiale a été un moment fort auquel ont participé des témoins combattants de l'époque ainsi que quelques "ex-empochés"

Il y a 61 ans, la Poche de Saint Nazaire cédait enfin, un an après la libération du territoire national et alors que les armées alliées, réduisaient l'armée allemande sur le sol germanique. Une douloureuse période de l'histoire de l'humanité s'achevait encore trop lentement pour des populations plongées dans un drame sans nom qui avait permis, l'espace de quelques années, que s'enfoncent dans un marécage les valeurs humaines.


la chronologie des évènement

En 1940, avec la conquête nazie, le débarcadère de la Compagnie générale transatlantique sur la darse est détruit et d'énormes bunkers sont construits par l'Organisation Todt pour créer une base de sous-marins allemands. La côte, elle, est occupée de nombreux blockhaus constituant une partie du Mur de l'Atlantique.Du fait de son importance stratégique la place est bien gardée. Et est soumise à d'importants bombardements.

En 1941, la ville de Saint-Nazaire est évacuée.

En mars 1942 l'Opération Chariot permit à un commando britannique d'endommager la Forme Joubert de manière a empêcher les cuirassés allemands de pouvoir y réparer. Le bassin ne sera réparé que à la fin de la guerre.En 1943, l’hôtel de ville est détruit sous les bombardements.Lors des semaines qui suivirent le Débarquement de Normandie, la concentration de troupes dans la région fut telle que les alliés créèrent un front, laissant les troupes allemandes et les populations civiles dans la Poche de Saint-Nazaire. Celle-ci ne fut libérée que trois jours après la capitulation Nazie, soit le 11 mai 1945. Ainsi, Saint-Nazaire est la dernière ville libérée en Europe.

Base des sous-marins à Saint-Nazaire. Elle abrite aujourd'hui un musée, et différents commerces.

Du fait des nombreux bombardements destinés à détruire la base sous-marine, la ville fut rasée à 80%.

Saint Nazaire fut reconstruite sur un axe de l'avenue de la République en tournant le dos à la mer. Depuis peu, la municipalité essaie de rendre Saint-Nazaire à la mer, avec notamment le réamenagement de la base sous-marine qui accueille à présent plusieurs musées (Escal'Atlantique sur l'histoire des paquebots, l'Écomusée ou encore le sous-marin Espadon).

Ce passé de guerre, et surtout de reconstruction est encore largement visible le long des plages, avec ces bunkers témoins des batailles passées, et surtout l'urbanisme, avec des rues perpendiculaires, et des éléments intéressants comme les étangs du Parc Paysager ou de l'Immaculée, qui furent creusés artificiellement pour répondre aux besoins en eau de la ville.

 Résistance et lourd bilan

Au printemps 1945, lorsque le territoire français est complètement libéré avec la réduction des dernières poches tenues par les Allemands, on peut esquisser un bilan des pertes. Il est lourd : 20 000 FFI ou FTP tués au combat, 30 000 fusillés, plus de 60 000 déportés dans les camps, dont un peu moins de la moitié ne reviendront pas.

Quelque soit l'appréciation que l'on peut porter sur son efficacité militaire, l'action de la Résistance a bien servi la France sur le plan politique. Après la Libération, les résistants, en s'engageant dans la nouvelle armée française reconstituée combattant aux côtés des Alliés, ont permis d'associer la France à la victoire de 1945 sur l'Allemagne nazie.

En réalisant une large union parmi les Français et en ne cédant pas aux tentations de guerre civile, la Résistance a occupé un rôle de premier plan dans le rétablissement de la République et dans le renouveau de la politique française. Beaucoup de résistants auraient sans doute aimé s'affranchir des partis traditionnels et le rétablissement, en 1946, d'un régime d'Assemblée, ne correspondait pas forcémment à l'idéal de changement profond qui avait pu motivé leur engagement dans la Résistance. Les tentatives de créer un grand parti de la Résistance échouèrent. C'est donc dispersés qu'ils œuvrèrent pour la reconstruction administrative, politique, économique et sociale de la France.

L'héritage de la Résistance marquera durablement la vie politique française. Le programme du CNR(conseil national de la résistance) se réalisera par le vote des femmes, la nationalisation des secteurs clés de l'économie et la création de la Sécurité sociale.

Reste que le devoir de mémoire est à transmettre pour que les générations qui se lèvent connaissent les embûches et les drames d'un monde dont l'équilibre est fragile et qu'ils n'ignorent rien du sacrifice de ceux qui les ont précédés

 "L'homme est capable de grandes choses... et des pires aussi" ne l'oublions pas.

 


Musée de la Poche

L’incroyable histoire du blockhaus devenu musée

C’est une véritable machine à remonter le temps qu’ont créé Marc et Luc Brauer, deux frères qui partagent une même passion pour la période de la seconde guerre mondiale. Une passion pour l’histoire qui n’est pas prête à s’éteindre puisque que le musée qui a ouvert ses portes il y a bientôt dix ans n’a cessé de s’enrichir d’objets presque toujours donnés par d’anciens combattants ayant vécu la libération de la poche de saint Nazaire.

Comprendre l’histoire et ses développements est une chose fondamentale, un sentiment qu’ont partagé les 240 000 visiteurs depuis l’ouverture. Un résultat remarquable mais aussi tout à fait justifié si l’on considère que cette époque douloureuse pour la région a marqué les mémoires de toutes les familles, la libération effective de la poche ne fut acquise qu’en 1945.

 


 

Trois cents mètres carrés sur cinq niveaux sont ouverts au public, des reconstitutions vivantes, des documents et des objets d’archives trouvent une place idéale dans un contexte très particulier. Pour les plus jeunes, un jeu leur permet de se retrouver transformés en volontaire de la Croix rouge pour les filles, en agent secret pour les garçons, tous sont investis d’une mission, ce jeu de piste est à la fois ludique et constitue un outil pour une meilleure compréhension de l’histoire.

A noter également la qualité de la mise en scène des tableaux reconstituants des évènements marquants, le réalisme des mannequins, la présence de nombreux objets d’époque, des tenues, est assez troublante. Même chose pour les panneaux didactiques qui permettent trois niveaux de lecture suivant que l’on recherche des éléments précis ou une information plus générale.


 

L’ancien poste de commandement du mur de l’atlantique est devenu un lieu très prisé au cœur d’un territoire éprouvé par la guerre, il trouve ici une nouvelle mission, celle de permettre aux jeunes générations de poursuivre le devoir de mémoire et de relayer le respect dû aux hommes et aux femmes, militaires et civils qui ont écrit une page d’histoire.

Musée du Grand Blockhaus, à Batz-sur-mer (entre Batz et Le Pouliguen sur la côte sauvage)

Actuellement ouvert jusqu’au dimanche 5 mars inclus de 10 h à 18 h – Ouverture tous les jours du 1er avril à mi-novembre de 10 h à 19 h.

Renseignements : 02 40 23 88 29 fax et téléphone courriel : grand-blockhaus@wanadoo.fr

Le contenu de ces pages (textes, photos, liens, etc.) est protégé au titre de la propriété intellectuelle (marques, dessins, droits d'auteurs, etc.) au bénéfice de leurs créateurs et ayants droits, conformément aux lois applicables. Tous droits réservés.

 

 

Repost 0
Published by p;lehmann - dans REPORTAGE
commenter cet article
6 mai 2006 6 06 /05 /mai /2006 02:01
copyright Avril 2006

UNE DOUBLE RENAISSANCE pour L’HERMIONE
Erreur fatale de pilotage
L'Hermione, commandée par le Capitaine de vaisseau Martin, est en station dans l'estuaire de la Loire depuis trois mois lorsque le 20 septembre 1793, elle appareille à destination de Brest pour escorter 12 bâtiments dont 2 « barques » remplies de 65 canons de 18 et de 36 en provenance des fonderies d'Indret. Le capitaine de vaisseau Martin a fait appel au pilote Guillaume Guillemin du Conquet en provenance du brick Phoenix qui est venu prendre la relève de l'Hermione.
Les ordres du capitaine de vaisseau Martin étant de prendre contact avec l'amiral Morard à Quiberon, il ordonne au pilote d'emprunter la route la plus directe qui fait passer le convoi entre la Pointe du Croisic et le plateau du Four.
A 18 heures 30, par beau temps, vent modéré de Nord – Nord est, le pilote échoue la frégate sur le Four à mi-marée descendante. Peu après, la cale est crevée et le navire se rempli d'eau. A basse mer le navire bascule et se couche sur tribord. La frégate est définitivement évacuée le 21 à 10 heures du matin. Une partie du matériel d'armement et l'artillerie sera débarquée par la suite.
Le gisement du Four
Bien des années plus tard commence l’histoire moderne de l’Hermione avec sa découverte fortuite sur le plateau du Four du Croisic. Michel Vasquez passionné d’archéologie sous-marine, cherchant deux bateaux de guerre anglais coulés lors de la bataille des cardinaux, met la main sur des indices qui le mettent sur la piste de l’Hermione. Plusieurs opérations destinées à localiser et à déterminer l’origine et l’intérêt de quelques éléments dissimulés sous une forêt de laminaires, permettront de préciser qu’il s’agit bien de l’Hermione.
Après une campagne qui échoue en 2004 en raison d’une météo exécrable, c’est à l’été 2005 qu’avec son équipe, Michel Vasquez soutenu par des sponsors mais aussi par la ville du Croisic, ramène à la surface deux canons, une ancre, des boulets et autres mitrailles ainsi que des pièces qui seront après traitement dans un laboratoire spécialisé, exposées à Nantes.Le film remarquable tourné lors de cette campagne de fouilles et présenté lors d’une projection organisée par le service communication de la mairie a attiré près de deux cents personnes à la salle des fêtes du Croisic. Ce film a été chaudement applaudi par un public captivé par cette aventure. Michel Vasquez en homme passionné et passionnant à ensuite débattu avec le public sur plusieurs épisodes de ses recherches « qui  doivent reprendre en 2007, cette année étant pour ma part consacrée à affiner notre réflexion sur le site et à étudier de près les éléments relevés  la saison dernière» a-t-il précisé.
A Rochefort, l’Hermione renaît aussi
Quoiqu’il en soit, alors qu’à Rochefort, se construit à l’identique depuis 1997 la réplique de l’Hermione, les campagnes archéologiques menées sous la mer, au large du Croisic ont aussi révélé d’importantes informations concernant la construction de ce type de vaisseau dont on ne savait que peu de choses. Ces révélations devraient profiter à la réalisation d’un pari fabuleux, revoir naviguer l’Hermione vers les Etats Unis (Boston) sur les traces de son illustre aînée. L’association « Hermione La Fayette » qui conduit cette autre aventure humaine est également un acteur déterminant dans cette nouvelle naissance qui touche de près l’histoire du port croisicais dont les pêcheurs, à l’époque, avaient pris une part importante dans le sauvetage de l’équipage de l’Hermione et d’une partie du matériel et de l’équipement.
 
Une « frégate de 12 »
L'Hermione est le nom de la frégate qui ramena le Marquis de La Fayette vers les Etats Unis d’Amérique en 1780 lui permettant de rejoindre les insurgés américains en lutte pour leur indépendance. Elle faisait partie, avec la Courageuse, la Concorde et la Fée, d'une série de quatre frégates mises en chantier à Rochefort. Elle nécessita 11 mois de construction.Il s'agit d'une Frégate dite "légère" car rapide et maniable. Elle était armée de 26 canons tirant des boulets de 12 livres (d'où le terme de Frégate de 12). Elle pouvait embarquer 255 hommes. Elle arbore les mensurations d'un navire de 1166  tonnes, d'une longueur de tête en tête de 44,2m, d'une largeur au maître couple de 11,24m et de 5,78m de creux.

Le contenu de ces pages (textes, photos, liens, etc.) est protégé au titre de la propriété intellectuelle (marques, dessins, droits d'auteurs, etc.) au bénéfice de leurs créateurs et ayants droits, conformément aux lois applicables. Tous droits réservés.

 

 

Repost 0
Published by padraig - dans REPORTAGE
commenter cet article
18 avril 2006 2 18 /04 /avril /2006 11:39

Une vitrine qui relie passé et présent

Le Grenier du Bourg dévoile tous ses charmes


                                                   Il était une fois, le grenier du bourg et sa vitrine témoignage d’un passé où le bourg de Batz additionnait les boutiques au charme discret, de la boucherie à la mercerie en passant au détour de quelques rues à la boulangerie et autre petits commerces, les façades, en ce temps là étaient habillées de bois.

  Le grenier du Bourg est sans doute l’une des plus vielles boutiques de la région. Anciennement parée de l’enseigne Peltier – Leroux, c’était une mercerie tenue par l’arrière grand-père de Jean Luc Peltier. Sise rue Jean XXII en raison de la venue du cardinal Angelo Giuseppe Roncalli , nonce apostolique qui vint au bourg en 1957, année précédant son élection par le conclave.Les plus anciens habitants de Batz peuvent s’en souvenir, cela avait d’ailleurs créé une belle effervescence dans la rue de la mairie avant qu’elle ne prenne le nom du saint père.

La boutique est toujours restée dans la famille, elle devint un jour un lieu rare offrant au regard des visiteurs de beaux objets sélectionnés avec goût par Jean Luc Peltier, revenu au pays pour développer sa passion des antiquités. Cet enfant du pays a l’histoire chevillée au corps et au cœur, c’est ainsi que ces dernières années la vitrine est devenue un espace réservée à des expositions visibles librement par les passants : vaisselle, objets scolaires anciens, statues et autres souvenirs des temps anciens ravissaient le public.

Puis Jean-Luc a uni sa destinée à une enfant du pays, Marie-Françoise Allainmat, descendante des propriétaires de la boucherie Rio, une autre boutique, ensemble ils ont décidé de faire coïncider le passé et le présent en ouvrant au grenier du bourg un lieu délicieusement élégant : petit mobilier, pièces de vaisselles, objets de la compagnie des Indes et bien d’autres choses encore qui ramènent à une époque passée.

 

Chambres d'Hôte 

Amoureux des belles choses, ils ouvrent également trois belles pièces, meublées d’authentiques meubles paludiers, à l’accueil des vacanciers qui veulent s’immerger dans un univers bien éloigné des campings tout en savourant l’ambiance bien particulière du Bourg de Batz. Un voyage au cœur de l’authentique pays blanc très dépaysant.

 

 

Ainsi le lien est fait entre traditions et modernisme sans heurt, comme s’il était naturel de passer sans transition d’autrefois à maintenant en toute simplicité.

 


 Utile : pour découvrir le Grenier du Bourg téléphoner au 02 40 23 01 95 ou au 02 40 23 75 94 – courriel : legrenierdubourg@wanadoo.fr


 

PHOTOS (archives et P.Lehmann)

Aujourd’hui : le grenier du bourg avec Jean-Luc et Marie-Françoise Peltier

En 1903 la mercerie Peltier Leroux

Repost 0
Published by padraig - dans REPORTAGE
commenter cet article
23 mars 2006 4 23 /03 /mars /2006 08:08
Traités de Rome

Deux traités ont été signés à Rome le 25 mars 1957. On les appelle le traité de Rome (abusif) ou les traités de Rome.
Il s'agit : du Traité instituant la Communauté économique européenne. Il est l’acte fondateur de la Communauté économique européenne (CEE). Il a été signé le par l’Allemagne, la France, l’Italie et les trois pays du Benelux : Belgique, Luxembourg et Pays-Bas. Ce traité a institué le marché commun et a défini les bases de la politique agricole commune (PAC) mise en œuvre en 1962.
Il constitue le seul traité de paix signé entre puissances belligérantes européennes à l’issue de la Seconde Guerre mondiale.
du traité instituant la CEEA, appelé Communauté Européenne de l'Énergie Atomique ou Euratom.
De plus, le traité CECA a été joint à ces deux textes.
Modification des traités
Le Traité de Maastricht du 7 février 1992 a renommé la Communauté économique européenne en Communauté européenne. Le nom du traité est donc devenu officiellement : « Traité instituant la Communauté européenne ».
Le Traité a été modifié successivement par :
L’Acte unique européen signé à Luxembourg, entré en vigueur le 1er juillet 1987 ;
Chronologie de l'union européenne

 

 

Piliers de l'Union européenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

 

Pris ensemble, les trois piliers sont les éléments qui constituent depuis le traité de Maastricht en 1992 l'architecture institutionnelle de l'Union européenne :

  • 1er pilier: les Communautés européennes. Héritières de la CECA, de la CEE et du traité Euratom, elles reprennent le traité de Rome révisé par l'Acte unique. Il s'agit d'un pilier supranational relatif aux politiques intégrées (politique agricole commune, union douanière, marché intérieur, euro, etc.). Pour les matières relevant de ce pilier, les États membres ont transféré une partie relativement importante de leurs compétences et souveraineté à l'Union européenne.
  • 2e pilier: la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC). Coopération intergouvernementale, en matière d'affaires étrangères et de sécurité.
  • 3e pilier: la coopération policière et judiciaire en matière pénale.
Union européenne
 Premier pilier Second pilier Troisième pilier 
Communautés européennes (CE)Politique extérieure et de sécurité commune (PESC)Coopération policière et judiciaire en matière pénale (ancienne JAI)

Politique étrangère:

Politique de sécurité:

 

À l'intérieur de chaque pilier, un équilibre propre est assuré entre souverainetés nationales et supranationalisme. La supranationalité est essentiellement présente dans le premier pilier, qui est également le plus important par son action et ses moyens.

Origine de la structure en piliers

Historiquement, le premier pilier, également appelé « pilier communautaire », est le plus ancien et correspond au regroupement des institutions des trois premières communautés européennes (charbon et acier (CECA), Communauté économique européenne (CEE) et Euratom) décidé par le traité de fusion de 1965. Il regroupe essentiellement aujourd'hui les compétences exclusives, partagées et de soutien de l'Union. Le traité de Maastricht consacra l'élimination du E d'« économique » dans le terme CEE, qui devint la Communauté européenne (ou CE). Des domaines de compétences supplémentaires furent transférés par le traité d'Amsterdam du troisième vers le premier pilier. En 2002, le Traité CECA arrivant à expiration disparut des institutions.

Lors de la rédaction du traité de Maastricht, certains États membres objectèrent que le transfert de souveraineté dans les domaines de la politique étrangère ou de la justice représentait un sujet trop sensible en regard de la souveraineté nationale, et qu'une autre manière de gérer ces questions, au niveau intergouvernemental, devait être imaginée.

C'est ainsi qu'apparut la notion de piliers distincts: la Communauté européenne en représenterait le premier, tandis que le deuxième s'occuperait des questions de politique étrangère, de défense et de sécurité, et que le troisième pilier permettrait de coopérer dans le domaine judiciaire. Les modifications apportées par le traité d'Amsterdam ont transféré une grande partie des compétences du troisième pilier à la Communauté européenne, mais le terme Justice et Affaires Intérieures (JAI) reste abusivement utilisé pour décrire à la fois les compétences transférées et ce qui reste dans le troisième pilier. Toutefois la dénomination officielle de ce dernier pilier, depuis 1999 et la fin de l'action commune JAI, est la suivante : « coopération policière et judiciaire en matière pénale ».

Si les deux derniers piliers fonctionnent sur le mode de la coopération intergouvernementale, les pouvoirs de la Commission, du Parlement européen et de la Cour de justice des communautés, quoique très limités, ne sont pas complètement inexistants.

Fusion des piliers

Les compétences diverses au sein des trois piliers, qui souvent se recoupent et se superposent, constituent un enchevêtrement particulièrement confus et difficile à appréhender, même pour les experts. Ainsi, près de 15 actes politiques ou législatifs peuvent être décidés au sein des différentes institutions de l'Union. Les deux piliers intergouvernementaux souffrent de plus d'une certaine inefficacité liée à leur mode de fonctionnement basé sur l'unanimité stricte, qui aboutit régulièrement à des blocages lors des négociations. Cette opacité et cette inefficacité furent parmi les raisons qui poussèrent les États membres à donner mission à la Convention sur l'avenir de l'Europe de simplifier le fonctionnement des institutions européennes, en fusionnant les trois piliers. Le traité instituant une Constitution pour l'Europe simplifie grandement l'architecture de l'Union, réduisant le nombre d'actes à 6, à la hiérarchie et valeur juridique bien définie.

Chronologie de l'union européenne

Union européenne - Traités européens, histoire
1952 1958 1967 1993 1999 2003 ?
      U N I O N   E U R O P E E N N E  
Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA)    
  Communauté économique
européenne
(CEE)
Communauté européenne
Euratom (Communauté européenne de l'énergie atomique)
  ...Communautés européennes: CECA, CEE , Euratom Justice et
affaires intérieures
Politique étrangère et de
sécurité commune
(PESC)
Traité  de
Paris
Taité de
Rome
Traité  de
fusion
Traité de
Maastricht
Traité
d'Amsterdam
Traité de
Nice
Traité de
Rome II (projet de constitution)
"TROIS PILIERS" - Communautés Européennes (CE, Euratom), Politique extérieure et de sécurité commune (PESC), Justice et affaires intérieurs (JAI)
Repost 0
Published by padraig - dans REPORTAGE
commenter cet article
11 mars 2006 6 11 /03 /mars /2006 07:43
Musée de la Poche
L’incroyable histoire du blockhaus devenu musée
 
C’est une véritable machine à remonter le temps qu’ont créé Marc et Luc Brauer, deux frères qui partagent une même passion pour la période de la seconde guerre mondiale. Une passion pour l’histoire qui n’est pas prête à s’éteindre puisque que le musée qui a ouvert ses portes il y a bientôt dix ans n’a cessé de s’enrichir d’objets presque toujours donnés par d’anciens combattants ayant vécu la libération de la poche de saint Nazaire.
 
Comprendre l’histoire et ses développements est une chose fondamentale, un sentiment qu’ont partagé les 240 000 visiteurs depuis l’ouverture. Un résultat remarquable mais aussi tout à fait justifié si l’on considère que cette époque douloureuse pour la région a marqué les mémoires de toutes les familles, la libération effective de la poche ne fut acquise qu’en 1945.
Trois cents mètres carrés sur cinq niveaux sont ouverts au public, des reconstitutions vivantes, des documents et des objets d’archives trouvent une place idéale dans un contexte très particulier. Pour les plus jeunes, un jeu leur permet de se retrouver transformés en volontaire de la Croix rouge pour les filles, en agent secret pour les garçons, tous sont investis d’une mission, ce jeu de piste est à la fois ludique et constitue un outil pour une meilleure compréhension de l’histoire.
 
A noter également la qualité de la mise en scène des tableaux reconstituants des évènements marquants, le réalisme des mannequins, la présence de nombreux objets d’époque, des tenues, est assez troublante. Même chose pour les panneaux didactiques qui permettent trois niveaux de lecture suivant que l’on recherche des éléments précis ou une information plus générale.
 
L’ancien poste de commandement du mur de l’atlantique est devenu un lieu très prisé au cœur d’un territoire éprouvé par la guerre, il trouve ici une nouvelle mission, celle de permettre aux jeunes générations de poursuivre le devoir de mémoire et de relayer le respect dû aux hommes et aux femmes, militaires et civils qui ont écrit une page d’histoire.
 
 
Musée du Grand Blockhaus, à Batz-sur-mer (entre Batz et Le Pouliguen sur la côte sauvage)
Actuellement ouvert jusqu’au dimanche 5 mars inclus de 10 h à 18 h – Ouverture tous les jours du 1er avril à mi-novembre de 10 h à 19 h.
 
Renseignements : 02 40 23 88 29 fax et téléphone courriel : grand-blockhaus@wanadoo.fr
Repost 0
Published by PL - dans REPORTAGE
commenter cet article